11 janv. 2010

Incendies : 8 morts en deux jours

WEEK-END MEURTRIER
Conflans Sainte Honorine (Yvelines) : 2 MORTS
Vendredi 8 janvier vers 19 h 30, un couple d'une quarantaine d'année trouve la mort dans l'incendie de leur appartement situé au deuxième étage d'un bâtiment à usage d'habitation qui en compte cinq. Apparemment pas de DAAF dans l'appartement.

Bordeaux (Gironde) : 4 MORTS

Il est environ 02 h 30 samedi matin quand une patrouille de police alerte les pompiers pour un feu d'appartement au 3° étage dans le quartier Saint-Michel à Bordeaux.

Arrivés sur place, les pompiers pénètrent dans l'habitation d'où ils dégagent les corps sans vie de deux enfants, agés respectivement de 3 et 5 ans, ainsi que celui de leur mère agée de 42 ans. Le père, agé de 38 ans, sera dégagé inconscient mais vivant, il décèdera quelques heures plus tard à l'hôpital.

La aussi, il semble qu'il n'y avait pas de DAAF dans l'appartement, situation d'autant plus paradoxale qu'il s'agissait de la famille d'un architecte, donc d'une personne au fait des équipements de détection et des mesures de prévention incendie.

Marseille (Bouches du Rhône) : 1 MORT

Dimanche 10 janvier au matin, une fillette de quatre ans meurt dans l'incendie d'un appartement situé au 3° étage d'un immeuble d'habitation situé dans le quartier de la Belle de Mai dans le 3° arrondissement de Marseille. Les parents ont été réveillés par les flammes mais n'ont rien pu faire pour sauver leur fillette.

Apparemment, pas de DAAF dans l'appartement.

Verdun (Meuse) : 1 MORT

Un jeune homme de 24 ans a péri dans l'incendie de son appartement dans la nuit de samedi à dimanche. Dégagé par les pompiers, il n'a pu être réanimé. Trois autres personnes (une mère et ses deux enfants) ont été intoxiqués par les fumées et hospitalisées.

Apparemment, pas de DAAF dans l'habitation.

RETEX

En 2010, nous allons sur le blog réaliser un décompte aussi précis que possible du nombre de victimes des incendies domestiques qui feront l'objet d'un post à chaque fois afin de bien souligner, si besoin était, l'importance de ce fléau.

A ce jour, cela porte à treize le nombre de victimes du feu par incendie domestiques depuis le 1° janvier.

A chaque fois, il semble qu'il n'y ait pas eu de DAAF dans les habitations concernées.

Tous ces drames ne font l'objet que de quelques lignes dans les médias qui préfèrent nous parler de la neige en hiver (quel scoop !) : banalisation de drames et attribution au caractère inéluctable et accidentel des incendies.

Non, cela n'arrive pas qu'aux autres !

Mesdames et messieurs les députés : à quand la loi sur les DAAF ?

Source : Le post.fr / Le figaro.fr / Sud-Ouest.fr

2 commentaires:

Djamel BEN MOHAMED a dit…

On a frolé la catastrophe, ces derniers jours dans l'Yonne et plus particulièrement dans mon village. Une nuit, en raison des températures négativées, un de mes collègues SPP et SPV avait chargé sa cheminée. En pleine nuit, alors que toute la famille dormait (Ils ont six), une buche enflammée est tombée sur le sol. S'en est suivi un énorme panache de fumée. heureusement qu'il avait installé des DAAF dans sa maison, ils se sont déclenchés rapidement, faute de qoi je pense nous aurions du connaitre un carnage de plus !

olive1075 a dit…

L'indignation est de rigueur.
Je vante les mérites des DAAF ne serait-ce que durant mes soirées de calendriers et les gens semble être convaincus.
Ce dire que 12€ pourrais sauver de précieuses vies semble ridicules face à l'ampleur de ces drames.