29 août 2009

Itinéraire de secours


SAUVETEUR EN DANGER

La vidéo illustrant ce post semble provenir d'Europe de l'est.

On y observe un feu développé dans un appartement (fenêtre de gauche), avec une deuxième fenêtre qui s'embrase (EGE) par la suite dans le même volume ou dans un volume adjacent.

Dans un premier temps, on peut constater un dégagement de flammes et fumées par les deux fenêtres. Le volume de fumées s'échappant de celle de gauche est moindre comparativement à ce qui s'échappe de la fenêtre de droite.

Fenêtre de gauche : mélange combustible plus proche de la notion de mélange idéal(dégagement de fumées moins important, présence de flammes, plus d'énergie dégagée). Le feu prend son air par ailleurs puisque les flammes se dégagent sur toute la surface de la fenêtre).

Fenêtre de droite : mélange combustible plus riche (signe de combustion incomplète), absence de flammes, montée en température rapide.

Dans un premier temps, seules des fumées se dégagent de la fenêtre de droite. Très rapidement, la vitesse de sortie augmente, les fumées deviennent plus turbulentes, leur volume augmente progressivement tandis que l'on aperçoit des flammes en partie haute. Le feu respire par cette fenêtre.

Très rapidement, on aperçoit en partie basse de cette fenêtre au milieu des fumées un pompier, à priori seul, qui apparemment a été piégé (était il en binôme ? Dans ce cas, où est son collègue ?), sans itinéraire de repli (par où a-t-il accédé ?, sans moyen hydraulique ?)

Il tente de se protéger au mieux du rayonnement des flammes en se positionnant au plus bas sur l'appui
de la fenêtre, dans la zone de dépression par où l'air frais rentre, mais la partie droite de son corps reste soumise au flux thermique.

In extremis l'échelle salvatrice vient à lui, lui évitant d'avoir à sauter dans le vide sous l'effet de la douleur. Exténué, il se laisse glisser sur l'échelle et descend, son bras droit parait "inerte" le long de la main courante du parc, probablement brulé (le plus exposé au rayonnement en attendant en vain une issue)

Quid de l'extinction et du risque de propagation à N+1 ?

RETEX

  • Le sauveteur est aussi une victime potentielle, piégé par ici par un flashover, le port complet d'EPI et d'ARI de qualité (EN469 et EN137), dont une cagoule à fenêtre fixe si possible double couche, augmentent les chances de survie (un pompier en veste de cuir et sans surpantalon n'aurait-il pas déjà sauté ?),
  • Il apparait indispensable que chaque pompier engagé dans une structure dispose d'une radio par pompier afin de communiquer avec le COS pour signaler une urgence comme le fait de se rerouver piégé par un développement rapide du feu...Inversement l'échelier et/ou le COS peuvent prévenir les pompiers engagés dans le bâtiment des signes d'aggravation indiqués par une lecture du feu depuis l'extérieur, indiquer que la plateforme de l'échelle est positionnée en attente sous le vent, à proximité des ouvrants où ils évoluent en cas de problème, etc...
  • Dans l'hypothèse assez probable où il y a communication entre les deux pièces concernées par le sinistre illustré dans cette vidéo, il est important pour les pompiers engagés d'observer la configuration des locaux. En effet, si une porte existe entre ces deux pièces, il aurait été interressant pour notre collègue de la fermer afin de s'isoler par rapport au foyer d'origine à l'identique de la philosophie de la technique V.E.S. (Vent, Enter, Search) que nous avons illustré dans un post "sauver ou survivre" publié le 09 avril 2009,
  • L'échelle à main tout comme l'échelle aérienne sont des agrès de sauvetage, tant pour les victimes "civiles" que pour les pompiers ! Il convient donc de les positionner systématiquement de façon pro-active en tant qu'itinéraire de secours près des ouvrants où évoluent les pompiers engagés dans le bâtiment,
  • Dès que possible, selon l'étage où se situe le feu, il est nécessaire d'établir une lance de plain pied en appui pour protéger un éventuel sauvetage, qu'il s'agisse d'une victime ou d'un pompier, sachant que la portée verticale efficace d'une LDV 500 alimentée correctement est d'environ 4/5 étages à raison de 3 mètres par étage.
  • Développer et enseigner les techniques de sauvetage du sauveteur, à l'instar de certains de nos collègues anglo saxons qui disposent, pour certains d'entre eux, de dispositifs individuels de descente, intégrés ou non à leur tenue de feu, leur permettant de s'extraire d'une pièce et de descendre au moins d'un étage (dans le cas présent, cela est suffisant) voire plus selon la longueur de la corde, afin de se mettre en sécurité http://www.petzlexopss.com,
  • Il existe à ce jour sur le marché des tenues de feu intégrant un dispositif harnais/longe facilitant la mise en oeuvre d'un tel dispositif (cf. concept T-REX).

Restons humbles.

9 commentaires:

NicoB a dit…

Vidéo intéressante et riche d'enseignement. Il faut encore aujourd'hui se battre pour faire comprendre nos carence en matière de formation ou d'équipement. Il est aujourd'hui encore plus facile de dire que l'agent n'a pas été bon, plutôt que de remettre en question le niveau de formation qui lui a été dispensé. On a pris un tel retard dans la formation de nos personnels à la lutte contre les feux en structure, qu'il va falloir cravacher pour rattraper le retard ... Sur une carrière de pompier, combien de temps passe t'on a former le personnel à l'incendie ? Combien de fois chaque pompier est-il confronté à des exercices avec feux réels en structure avant d'être envoyé "au charbon" ? Aujourd'hui, on occasionne des dégâts avec du matériel mal utilisé (DMRS), on fait prendre des risques à tout le monde, on méconnaît le comportement du feu en structure, alors qu'on est les seuls à pouvoir le combattre... il faut donc effectivement rester humble et poursuivre avec acharnement notre formation en situation. Merci pour l'animation de ce site.

yann a dit…

merci pour la référence à la tenue T-REXS qui a été développée pour assurer le plus au niveau de sécurité possible.
A découvrir sur le nouveau site: http://t-rexs.com
Bravo pour le site firetex, l'idéal pour apprendre tous les jours

Nicolas a dit…

Encore une fois....images à l'appui, il y a un monde entre nos formations....et nos réalités opérationnelles...

Ecrivons encore et toujours nos interventions, revisitons les au travers des RETEX,nous faisons un métier dangereux, il est surtout dangereux de ne rien tenter dans nos formations pour être plus performants ...tout simplement !!

Goodnew's

Anonyme a dit…

il existe des dispositif pour s'extraire en sécurité mais ils ne sont pas encore distribués en France..... si il n'y a pas de moyens aériens le Sp serait mort
le khern

Shawn Driscoll a dit…

Man, that was a close one! He had to have felt the heat.

ludo45 a dit…

Une vidéo qui ne vient pas des "States", voilà qui va apporter de l'eau à mon moulin face aux réfractaires des méthodes de sauvetages de sauveteur, techniques de survies enseignées par nos collègues anglo-saxon. Ailleurs qu'aux état unis des pompiers se retrouve dans des situations périlleuses, et nous nous devons de nous préparer à survivre ou secourir face à ces situations.
Restons humbles et ne croyons pas que nous sommes bon, c'est la meilleure façon d'y rester.
Bravo pour votre site.

P. Marchand a dit…

Comme certains d'entre-vous l'ont mentionné. Un équipement spécifique conçu pour l'autoévacuation de pompier en difficulté aurait grandement aidé ce pompier à s'extraire de cette facheuse position plus rapidement.

Il faut quand même garder le focus sur la formation et l'entraîment afin que les pompiers évitent, autant que possible, de se retrouver dans ce genre de situation.

Je sais que même si on applique les règles de l'art et que l'on est prudent des situations comme celle-ci risque de se reproduire et c'est pourquoi les pompiers devraient pouvoir compter sur ce genre d'équipement.

Ma crainte est que chez certains individu ça apporte un faux sentiments de sécurité. Ils seront alors peut-être tenté de pousser un peu plus loin, prendre un peu plus de risque, sachant que si ça tourne mal ils pourront toujours s'en sortir grace à ce type d'équipement.

Pascal

raphaël van goethem a dit…

Encore une vidéo qui démontre que la reconnaissance sans moyen hydraulique reste des plus hasardeux mais bon certains me diront encore que j'en fais trop avec mes formations aux techniques d'engagement et que neuilly (et oui!!)ça n'est arrivé qu'une fois...pas trop de sécurité il paraît que ça la tue????mais bon la sécurité bien gérée raméne les 6 pompiers du fourgon!!!!
Mais je reste HUMBLE et continue à croire à ce que (j'essaye) de partager et d'enseigner!!!!

Anonyme a dit…

bonsoir ,
on m'a montré une technique de sauvetage du sauveteur à l'aide du halligan tools et de la commande .Cette dernière est elle reconnue où est une idée isolée?
Trés bon site riche en enseignement..