18 juil. 2009

Sauvetages et caméra thermique

Feu avec sauvetages

Juin 2009 : Il est 21H30 quelque part dans un CSP de la région parisienne lorsque les secours (1 pompe et une échelle aérienne) sont engagés pour un feu d’appartement.



En cours de transit, le centre de traitement d'alerte confirme la notion de nombreux appels avec dégagement de fumée.

A l'arrivée des secours, de nombreuses personnes se manifestent aux fenêtres mais sans panique.

Le secteur étant connu des pompiers pour le stationnement anarchique, l'échelle s'engage en premier dans l'allée.

Lecture du bâtiment et des fumées :
  • Face A : environ 30 personnes non directement menacées par le feu se manifestent à différentes fenêtres du 5° étage,
  • Face C : dégagement de fumée noire sortant de manière rapide, laminaire et non turbulente d'une fenêtre entrouverte située au 4° étage dont le volet roulant est abaissé au 3/4 (feu sous ventilé).
Renseignements pris auprès de voisins, il semble qu'une famille de 8 personnes occupe cet appartement. La configuration interne du bâtiment est complexe, (coursives longues et portes d'accès décalées) et rend l'accès à l'appartement long et difficile.
L'équipage de la pompe procède à l'établissement d'une division alimentée afin d'attaquer le feu par l'intérieur. Le chef de la popmpe et de l'échelle ne disposent pas de moyens de communication.
L'échelle est positionnée sur l'herbe au pied du bâtiment, le chef d'agrès prend place dans la plateforme en ayant pris soin de se munir de la caméra thermique.

Arrivé à hauteur de la fenêtre, le chef échelle capèle son ARI, casse le volet puis ouvre la fenêtre, à ce moment là il balaie la pièce au moyen de la CT. L'ambiance thermique n'est pas très élevée, et un vent contraire limite l'évacuation des fumées.

Ayant aperçu sur l'écran de la CT un pied dépassant sous une table, le chef échelle pénètre dans l'appartement, localise la victime puis la glisse sur le sol jusqu'à la fenêtre d'où il parvient, non sans mal, à la hisser sur la plateforme.

Arrivée au sol, la victime est prise en charge par l'ambulance et l’échelier (elle sera plus tard transportée au caisson hyperbare). Durant la descente, la victime annonce à son sauveteur qu'une autre personne se trouve dans la pièce.

Le pompier regagne donc l'appartement et malgré une reconnaissance complète de l’appartement assisté de la CT, aucun autre occupant ne sera découvert.

Pendant ce temps, l'équipage de la pompe a procédé à l'extinction au moyen d'une LDV 500.

RETEX

  • Bonne connaissance de secteur (positionnement échelle) malgré le stationnement anarchique de véhicules sur la voie pompiers,
  • Heure relativement tardive mais période estivale donc occupants du bâtiment non endormis limitant ainsi les risques liés à la panique,
  • Population du quartier à majorité immigrée et africaine (prendre en compte la peur culturelle du feu et les comportements parfois démesurés qu'elle peut engendrer),
  • Feu sous-ventilé donc dégageant moins d'énergie et de puissance,
  • Lecture du feu indiquant un dégagement de fumée linéaire et non turbulent,
  • Terrain sec ayant permis de stabiliser l'échelle hors de la voie échelle,
  • Utilisation de la caméra thermique permettant d'optimiser les reconnaissances et la recherche de victimes,
  • Pas de possibilité de cloisonnement du feu (VES impossible car pas de porte entre foyer et position de la victime),
  • Calme et professionalisme des intervenants,
  • Manque de moyens de communications tactiques,
  • Train de départ insuffisant (1 pompe + 1 échelle : il faudrait à minima engager une pompe supplémentaire au départ afin de disposer d'effectifs supplémentaires qui font cruellement défaut dès les premières minutes).

Restons humbles !

Les images utilisées pour illustrer ce post ne sont pas en lien avec l'opération citée.

2 commentaires:

xav77 a dit…

Merci pour ce nouveau RETEX et tous les autres lus avec intérets.

Auriez-vous des infos sur l'éventualité d'un "GNR: Sauvetage de victime en milieu enfumé/Sauvetage de sauveteurs"?
Vu que "tu ne feras jamais en match ce que tu n'as jamais fait à l'entraînement", cela nous permettrait de travailler des techniques de sauvetage (existantes) et de peut-être moins galérer en intervention.

Merci
@+ Cali

Pascal Marchand a dit…

Merci pour ce RATEX

Voila une belle démonstration de l'utilisation efficace de la camera à imagerie thermique.

Bon travail!

Pascal