4 juil. 2009

Feu d'appartement dans le Bronx

New York : Feu d'appartement dans le Bronx.

En pleine journée, un couple de passants filme un feu d'appartement situé au troisième niveau d'un bâtiment à usage d'habitation R+2 accolé sur sa face D à un bâtiment d'habitation R+4.

Trois fenêtres sont "allumées", deux sur face A et une à l'angle en face B.

Flammes et fumées sortent sur la totalité de la surface des ouvrants concernés indiquant que le feu respire par ailleurs (vraisemblablement de l'intérieur du bâtiment puisqu'aucune fumée ne sort des autres fenêtres) laissant présager un risque de propagation essentiellement horizontal, le feu étant situé au dernier niveau.

Les flammes sont vives et assez jaunes (signes d'une "bonne" ventilation) et s'échappent à grande vitesse. Les fumées quant à elles sont noires mais relativement peu importantes en volume, signe d'un feu "bien" ventilé proche de la zone de "mélange idéal" donc dégageant une importante quantité d'énergie.

Les pompiers sont sur place (une première alarme au FDNY = 2 pompes, 2 MEA (en la circonstance une échelle aérienne et un bras élévateur télescopique, et un chef de bataillon), et comme à l'accoutumée, ils affichent un grand calme associé à une attitude très professionnelle (ils se déplacent à vive allure mais sans courir, pas de cris).

Les "roofmen" montent sur le toit au moyen de l'échelle aérienne équipés notamment de tronçonneuses à disque en vue d'effectuer une trouée. De son coté, l'OVM (Outside Vent Man) brise le carreau de la fenêtre la plus à droite en face A sur le niveau du sinistre depuis l'échelle d'évacuation (fire escape) au moyen d'une gaffe.

Le but est de permettre aux gaz chauds et fumées de s'échapper du volume sinistré afin de diminuer le potentiel en combustible. Cette action est interressante et efficace si elle est menée conjointement à l'attaque qui, en la circonstance, est "offensive intérieure" (aggressive interior attack pour reprendre la terminologie new yorkaise). A contrario, elle risquerait d'augmenter la ventilation du feu et de lui donner encore plus de puissance si l'attaque survenait ultérieurement. De plus, il convient de considérer que la fenêtre en question se trouve juste sous l'échelle aérienne, représentant un danger potentiel pour les "truckies" (surnom donné aux pompiers affectés sur les compagnies d'échelles), se déplaçant sur le parc en cas d'embrasement des fumées.

On remarque par le jet fusant de la fenêtre en face A, l'utilisation de lances à fût tronconique (smooth bore nozzle), paradoxe new yorkais qui contraste avec la modernité des équipements et engins en service au FDNY. Le feu est "coiffé" très rapidement par une attaque massive comme en attestent les très importantes quantités de vapeur d'eau qui se dégagent par les ouvrants.

RETEX

  • Analyse du contexte de l'opération (jour = bonne visibilité / Habitation donc taux d'occupation des habitations moins élevé si en semaine, plus élevé si week-end
  • Lecture du feu (fenêtres allumées "crachant" sur toute leur surface donc feu non confiné et respirant par l'intérieur / Flammes jaunes et vives ),
  • Lecture des fumées (volume relativement peu important comparativement à la taille de l'appartement sinistré, vitesse de sortie élevée, densité moyenne et couleur sombre indiquant notamment un niveau de température élevé),
  • Attention aux conséquences que peut avoir la gestion des ouvrants = gestion du comburant, risque d'embrasement des fumées en cas d'atteinte de la T.A.I (Température d'Auto-Inflammation), etc...
  • Etablir un moyen hydraulique depuis l'extérieur afin de protéger les pompiers évoluant sur l'échelle aérienne (et limiter le risque de propagation verticale quand il existe mais ce n'est pas le cas ici puisque le feu est au dernier niveau),
  • Calme et professionnalisme des intervenants d'où découle un déroulement fluide de l'intervention,
  • Chaque pompier a un rôle prédéterminé dans l'attaque de ce type de feu,
  • Moyens engagés au départ importants (2 pompes, 2 MEA, 1 chef de bataillon COS) soit 22 hommes ,
  • Moyens hydrauliques importants permettant une attaque massive (même si l'on peut regretter l'emploi de lances techniquement dépassées) qui casse de manière très rapide le cycle de développement du feu,
  • Pas de victimes.

Restons humbles !

8 commentaires:

Franck a dit…

Bonjour Steph,

Merci pour cette vidéo et pour tes commentaires / RETEX !

Fr@+nck

fireball a dit…

bonjour,

intéressante vidéo.

au FDNY,les SP utilisent principalement la smooth bore nozzle:lance jet bâton,c'est un peu la "griffe" du FDNY....d'ailleurs le LT mac cormack a publié un article sur un site nommé fire engineering,à propos du jet bâton vs jet diffusé...l'article vaut le détour,pour ceux qui sont à l'aise en anglais:l'idée principale de cet article,si je le résume:le jet bâton=pour les hommes,puissant,et le jet diffusé=pour les femmes.c'est une façon sarcastique de répondre à l'éternel débat:
jet bâton contre jet diffusé.

Marc-André Fréchette a dit…

salut a vous! Je me nomme marc-andré et j'aimerais sa voir si se serait possible de mettre mon blog en lien sur le votre. www.urgencetm.blogspot.com
Cest un peu comme vous par contre ces tout les fait divers de ma ville. J'habite à thetford Mines, au québec.

Pat Trudel a dit…

Voici un scénario relativement facile pour le PC (officier en poste de commandement). Le feu est ventilé horizontalement par les fenêtres et est en développement libre. Ne reste plus qu'à compléter la ventilation horizontal au toit combiné avec une attaque offensive agressive en doublant l'équipe d'attaque au 3e étage.

Patrick Trudel
Lieutenant caserne 45 groupe 3
Service d'incendie Montréal, Québec
Instructeur Institut de Protection contre les Incendies du Québec.

GOODNEW'S a dit…

Au-delà des enseignements relatifs à la lecture du feu, merci à vous de nous apporter la preuve par image que lecture du feu rime avec sang froid, calme et sérénité sur intervention.

Il fut un temps, il fut une école, dont les premiers enseignements faisaient référence à la "discipline au feu", ne laissons pas filer l'héritage de nos anciens....

Encore bravo pour ce site.

Radke Robert a dit…

Superbe vidéo,à exploiter en formation aussi bien pour la lecture du feu que pour l'engagement du personnel.


Salut Stephane

Robert

ludo45 a dit…

je remarque une fois encore que les firefigther du NYPD interviennent avec calme, professionnalisme et efficacité. Leurs méthodes de travail semble donner des résultats. Par contre l'utilisation des lances à fût tronc conique est surprenante mais, on le constate, ils arrivent à éteindre leurs feux. J'aimerai connaitre l'origine de l'utilisation de ce type de lances au NYPD (si quelqu'un à la réponse je suis preneur).

fireball a dit…

bonjour,

en réponse,à ludo45,je ne connais pas l'origine des lances à fut conique,utilisées par le FDNY mais ces lances appelées smooth bore nozzles,snt très utilisées par les pompiers du FDNY,pour de nombreuses raisons:

elles pénètrent avec plus de force au coeur du feu.

elle fonctionnent avec seulement 51 PSI au lieu de 75 PSI pour les lances à jet diffusé=fog nozzles.

comme ces lances sont plus puissantes,les pompiers mettent moins de temps à éteindre le feu.

le fut conique appelé "tips" en anglais,peut se changer très facilement(une gamme de tailles très différentes existe),et ainsi être adapté à la puissance que l'on souhaite lui donner pour éteindre un incendie.

j'espère que tu pourras comprendre ma réponse de petite civile,mon vocabulaire technique pour traduire est très limité.sorry....