20 juil. 2009

Façade au vent...



Cette vidéo est issue du blog très intéressant et productif d'Ed Hartin (voir lien Ed Hartin CFBT-US)

On y observe l'influence d'un vent moyen/fort orienté face A/C sur un feu développé dans les combles aménagés de ce pavillon.

La porte d'entrée, hélas laissée grande ouverte au vent, semble aider à gaver d'air le brasier à l'étage (escalier non cloisonné).

Face A : le feu est nettement perturbé car sa fenêtre est au vent, avec une zone d'échange air /fumées/flammes parfois marquée en l'absence de rafales.

L'alternance de flammes jaunes sans fumées puis de fumées noires, denses et véloces (elles parviennent à contrer le vent !) traduit un mélange combustible tantôt proche du mélange idéal, tantôt trop riche pour s'enflammer.

Faces B/C par contre, les flammes accompagnées d'un panache d'épaisses fumées noires sortent sur toute la surface des deux fenêtres...


Par où respire le feu ?

Sans doute par la porte d'entrée grande ouverte et l'escalier menant aux combles, mais aussi par la fenêtre en face A des combles à priori non recoupés, le feu est traversant.

L'énergie dégagée par le feu associée à la force du vent s'engouffrant par les ouvrants en face A provoque la sortie des flammes en faces B et C à l'horizontale ! (entre 1min35 et 1min50).

Lecture des fumées : volume important par rapport à la taille du volume sinistré - forte densité - vitesse de sortie élevée (angle proche de l'horizontale) et turbulente - couleur sombre (indicateur entre autre d'un niveau de température élevé). A noter le dégagement de fumées claires au niveau du faitage (vapeur d'eau + gaz de pyrolyse) que l'on peut apercevoir au début.


Une propagation au toit du garage se produit suite à la chute de débris enflammés face C.

La toiture trempée par la pluie parait par ailleurs bien isolée, car elle ne cède pas. On note cependant de très faibles dégagement de fumées autour des ouvrants embrasés, soumis au rayonnement des flammes...

Un scénario qui sera de plus en plus rencontré dans un avenir proche du fait de l'entrée en vigueur progressive de nouvelles règlementations en terme d'isolation pour les constructions neuves (développement durable oblige).

Notons le salutaire rappel à l'ordre des témoins qui empêchent un tiers de retourner dans la maison en feu, source non négligeable de victimes lors des feux d'habitations :
"once out, stay out ! " = "une fois sortie, restez dehors ! "


Malgré l'apparence intact du RDC, au vu de l'embrasement des combles, un effondrement partiel du plancher est possible.

Saluons le coté pratique présenté par le tuyau de 110mm plié en écheveau sur le pare choc avant de la pompe, le tout étant
pré-connecté sur un orifice d'alimentation situé à l'avant afin de permettre une alimentation rapidement sur un hydrant...


RETEX



  • Sens et force du vent à prendre en compte en transit puis à l'arrivée sur les lieux,

  • Lecture du Feu associée à Lecture du Bâtiment afin dévaluer les risques de survenue de phénomènes thermiques (tel que stade de développement du feu et son "état" : contrôlé par la ventilation ou par le combustible, les ouvrants au vent ou sous le vent, etc...,

  • Contrôle de l'air pour freiner la puissance du feu comme la propagation des fumées,

  • Nécessité d'informer le grand public sur les gestes simples permettant de limiter les risques d'incendie, sur la détection précoce (DAAF), mais aussi sur la conduite à tenir en cas de feu : évacuer en fermant les portes, ne pas re-rentrer dans le bâtiment, etc...,

  • Caméra thermique pour lire le feu "à travers" la toiture et déterminer les points les plus chauds pour la création d'exutoires (trop tard dans le cas présent, le feu est déjà pleinement développé),

  • Remarquez le calme des intervenants,

  • Une voiture est stationnée dans l'allée indiquant la présence potentiels d'occupants,

  • Techniques efficaces d'établissement en écheveaux du point d'eau au point d'attaque dans l'axe perpendiculaire à l'engin pompe, ce dernier se positionnant après l'adresse en refoulement pour les lignes d'attaques même de plain pied comme pour l'alimentation
Restons humbles et modestes !

4 commentaires:

Pascal Marchand a dit…

Merci de nous avoir fait connaitre cette vidéo, elle est particulièrement intéressante car nous avons un bon visuel de l'état et du développement de la situation avant même que les pompiers arrivent; ce qui est plutot rare.

Vous avez fait une excellente analayse des faits et de la situation. Il n'y a rien à ajouter.

Bon travail

Pascal

fireball a dit…

bonjour,

un article très intéressant.
un seul point me gêne,concernant la caméra thermique et son utilisation sur l'intervention:

avec une caméra thermique,on ne peut lire "à travers" quelquechose,ici,c'est écrit "à travers le toit";la caméra indiquera à son utilisateur,seulement les différences de température dans le bâtiment en feu.le pompier qui utilise la caméra va donc "balayer "le toit à l'aide de sa caméra.

à savoir que la caméra thermique à ses limites,elle ne peut remplacer l'oeil humain et peut se révéler dangereuse si elle est mal utilisée et si les utilisateurs ne savent pas comprendre correctement,les indications qu'elle fournit.

raphaël van goethem a dit…

est-ce que une attaque par la fenêtre exterieure avec la fermeture de la porte d'entrée ne serait-elle pas mal???
Car certes il faut employé le plus souvent les communications exsistances mais là il y a le risque d'effondrement du plancher supérieur ainsi qu'une température apparement élévé sans compter que l'accés à l'étage se fera au milieu des combles et que le binôme va être exposé inutilement!
bien sur je suppose que le risque de victime supposée est levée??sinon ma copie est à jeter!!!

Cyril a dit…

Bonjour à tous,
merci Etienne pour cet article toujours intéressant. J'aimerais savoir quelle type d'action tu aurais commandé au vu des éléments de la vidéo. Engagement de binômes pour reconnaissance au rez de chaussée ? Attaque par l'extérieur ? Surveillance par le conducteur de risque d'effondrement (la main sur la corde de brume) ?
Merci pour le travail.
Cyril