22 mai 2009

Flash Fire ... suite

video

Voici 3 vidéos extraites de www.Erhatec.de, site de l'école de formation aux phénomènes thermiques de notre ami Jürgen Ernst qui opère en Allemagne.

En complément du précédent post consacré aux FGI, notamment les Flash Fire (19/11/08) et en écho au numéro 32 de Soldats du Feu Magazine (mai/juin 2009) dans lequel pas moins de deux dossiers (Risques consacré aux FGI et RETEX relatif aux feux de sauna) évoquent cette problématique, hélas ignorée de la plupart d'entre nous.

A la différence du flashover et du backdraft, le flash fire reste en effet méconnu en France car non enseigné ni pris en compte par le GNR de 2003 relatifs aux phénomènes thermiques.

Ce phénomène appartient à la "famille" des Fire Gas Ignition

(Fire Gas Ignition ) = inflammation ou explosion de gaz d'incendie.

EN OPERATION :

Prenons l'exemple d'un appartement concerné par un incendie dont la porte d'entrée est fermée et donne sur un couloir. Sous l'effet de la surpression interne de l'appartement, des fumées sombres, épaisses, riches en produits de combustion imbrûlés et aussi en gaz de pyrolyse se diffusent dans le couloir par les interstices de l'ouvrant.

Une fois dans le couloir, elles peuvent devenir légères, claires, statiques car peu chaudes voire froides … Pourquoi ? Au contact de l’air : elles se refroidissent. Puis en se diluant dans le couloir, ces fumées riches entrent dans la plage d'inflammabilité.

A l’ouverture de la porte, si une source d’ignition (ex : une flammèche, une étincelle) vient au contact de ces fumées (combustibles) déjà mélangées à l’air (comburant) :

Risque de Flash Fire (= inflammation de gaz d'incendie)

EN FORMATION :

Exemple comparable avec ces vidéos : un volume clos au fond du simulateur renferme un feu couvant donc sous-ventilé, dans sa phase de croissance.

Suite à l'ouverture de porte, le foyer se réactive brutalement sous forme d'auto inflammation ou de backdraft, mais sans explosion car le mélange combustible/air est assez éloigné des valeurs stochiométriques.

Une flamme en sortant par la porte enflamme le mélange air/fumées présent dans le couloir.

Conduite A Tenir :

  • Avant une ouverture sécurisée de la porte (voir post du 8 avril sur la technique opérationnelle du TOOTEM), attaquer les fumées (en jet diffusé) afin de les inerter,
  • et/ou ventiler hydrauliquement ou naturellement ces fumées en vue de réduire le risque d’inflammation (limitation du volume de combustible).

Par contre, si le mélange fumées/air se trouve proche de la valeur stochiométrique :

Vitesse de Réaction élevée = Combustion d'allure explosive

Risque de Smoke explosion (SE = explosion de gaz d'incendie), autre type de FGI.

Il existe des simulateurs permettant de mettre en évidence ces phénomènes (vidéos ci-après), le risque est pris en compte et les formateurs travaillent avec des palettes qui dégagent des gaz moins riches. A contrario, avec des panneaux de particules (aggloméré) ou, pire sur interventions avec l’omniprésence des polymères, le risque est plus grand.


video

Les fumées brûlent et "Qui contrôle l'AIR, (ici au moyen de la porte, contrôle le FEU..."

video

Restons humbles.

Aucun commentaire: