29 mai 2009

Le danger vient du dessus...


Lecture du Feu / Lecture du bâtiment

Feu en cours de développement dans construction à structure bois = feu de contenant en plus du feu de contenu !

Faisons une lecture des fumées

  • Volume important,
  • Vitesse de sortie de plus en plus élevée, flux turbulent,
  • Fumées denses,
  • couleur gris sombre.

Comme l'annoncent les signes précédemment évoqués, les fumées sortant en face B s'embrasent (EGE dans la pièce concernée), puis le phénomène se répète ensuite au 1° étage en face A.

Conformément aux pratiques opérationnelles de nos collègues américains (aggressive interior attack), le combat contre le feu s'opère essentiellement de l'intérieur sans tentative d'attaque extérieure malgré la propagation verticale importante constatée en face B où la toiture est directement la cible de la convection des fumées et des flammes.

Suite à l'attaque massive menée par les pompiers, le feu est maitrisé voire éteint au 1° étage(fumées de couleur claires traduisant notamment la présence de vapeur d'eau dans ce cas), cependant la pression interne en partie haute du bâtiment demeure très importante, le sinistre se propage sous les combles.

Un exutoire en partie haute permet aux fumées de s'échapper, elles atteignent rapidement leur TAI (Température d'Auto-Inflammation) et s'embrasent. Il aurait été interressant de mettre en oeuvre une lance à ce niveau afin de refroidir les fumées s'échappant du toit.

A un moment, la cheminée se détache puis vient s'écraser au sol à proximité d'une équipe de pompiers !

"Always look up" (regardez toujours au dessus de vos têtes) comme le dit le Pionnier de ce blog...

RETEX

  • Restons vigilants et pas "complaisants", même une fois "maîtres du feu" ,
  • Portons toujours nos casques (EPI, EPI, EPI),
  • Attention aux chutes de matériaux, débris et autres defenestrés (l'un n'exclut pas l'autre),
  • Refroidir les fumées au niveau des exutoires quand cela est possible,
  • Soyons attentifs aux risques d'effondrement ou écroulement de murs même après l'extinction (n'oublions pas l'effondrement d'un mur de grange agricole ayant couté à trois pompiers de la Nièvre il y a quelques années).

Ne comptons pas toujours sur Sainte-Barbe !

Restons humbles !

24 mai 2009

"Explosion" de fumées ?

LECTURE DES SIGNES


LECTURE DES FUMEES

La survenue d'un phénomène n'exclut pas l'autre...
Un binôme sur le toit "ventile" la fenêtre,
Ensuite auto inflammation des fumées...puis FGI,
Le binôme procède à une attaque au moyen d'un jet droit à l'horizontale, ensuite des signes d'alarme subsistent (important volume de fumées, vitesse de sortie élevée, forte densité, couleur brûnatre...)

(cf post du blog en date du 8/12/2008 rubrique Lecture du Feu :

Backdraft : les signes d’alarme, une fois la porte ouverte

= Apprendre c'est comparer !)

La réaction qui se produit est relativement "molle" car le mélange combustible est apparemment riche et donc éloignée de son point stochiométrique sinon il y aurait vraisemblablement eu 2 BBB : blastés, brulés, blessés.

RETEX

  • Etre très atentif au comportement des fumées, de l'air une fois ouvrant "ouvert"... (en l'occurence un panache turbulent/actif, fumées jaunes / brunes, voie d'air en place avec tirage en partie basse... ),
  • Si possible, réaliser un exutoire dans le quart supérieur du volume sinistré,
  • Toujours travailler sous ARI,
  • Prendre en compte force et direction du vent (sous le vent),
  • Toujours disposer A MINIMA d'une LDV500 en protection et prête à agir,
  • Attaque des fumées à plein débit, avec un jet légèrement ouvert (meilleure pulvérisation donc meilleure absorption d'énergie en compensation de l'effet "entrainement" de l'air avec le jet de lance) en partie haute et pas dans l'axe !
  • En présence d'une fenêtre, peut-être est-il plus interressant de la maitriser que de la briser ???
  • Backdraft ne signifie pas toujours "explosion" et surtout pas instantanément...à méditer !

Restons humbles.

22 mai 2009

Flash Fire ... suite



Voici 3 vidéos extraites de www.Erhatec.de, site de l'école de formation aux phénomènes thermiques de notre ami Jürgen Ernst qui opère en Allemagne.

En complément du précédent post consacré aux FGI, notamment les Flash Fire (19/11/08) et en écho au numéro 32 de Soldats du Feu Magazine (mai/juin 2009) dans lequel pas moins de deux dossiers (Risques consacré aux FGI et RETEX relatif aux feux de sauna) évoquent cette problématique, hélas ignorée de la plupart d'entre nous.

A la différence du flashover et du backdraft, le flash fire reste en effet méconnu en France car non enseigné ni pris en compte par le GNR de 2003 relatifs aux phénomènes thermiques.

Ce phénomène appartient à la "famille" des Fire Gas Ignition

(Fire Gas Ignition ) = inflammation ou explosion de gaz d'incendie.

EN OPERATION :

Prenons l'exemple d'un appartement concerné par un incendie dont la porte d'entrée est fermée et donne sur un couloir. Sous l'effet de la surpression interne de l'appartement, des fumées sombres, épaisses, riches en produits de combustion imbrûlés et aussi en gaz de pyrolyse se diffusent dans le couloir par les interstices de l'ouvrant.

Une fois dans le couloir, elles peuvent devenir légères, claires, statiques car peu chaudes voire froides … Pourquoi ? Au contact de l’air : elles se refroidissent. Puis en se diluant dans le couloir, ces fumées riches entrent dans la plage d'inflammabilité.

A l’ouverture de la porte, si une source d’ignition (ex : une flammèche, une étincelle) vient au contact de ces fumées (combustibles) déjà mélangées à l’air (comburant) :

Risque de Flash Fire (= inflammation de gaz d'incendie)

EN FORMATION :

Exemple comparable avec ces vidéos : un volume clos au fond du simulateur renferme un feu couvant donc sous-ventilé, dans sa phase de croissance.

Suite à l'ouverture de porte, le foyer se réactive brutalement sous forme d'auto inflammation ou de backdraft, mais sans explosion car le mélange combustible/air est assez éloigné des valeurs stochiométriques.

Une flamme en sortant par la porte enflamme le mélange air/fumées présent dans le couloir.

Conduite A Tenir :

  • Avant une ouverture sécurisée de la porte (voir post du 8 avril sur la technique opérationnelle du TOOTEM), attaquer les fumées (en jet diffusé) afin de les inerter,
  • et/ou ventiler hydrauliquement ou naturellement ces fumées en vue de réduire le risque d’inflammation (limitation du volume de combustible).

Par contre, si le mélange fumées/air se trouve proche de la valeur stochiométrique :

Vitesse de Réaction élevée = Combustion d'allure explosive

Risque de Smoke explosion (SE = explosion de gaz d'incendie), autre type de FGI.

Il existe des simulateurs permettant de mettre en évidence ces phénomènes (vidéos ci-après), le risque est pris en compte et les formateurs travaillent avec des palettes qui dégagent des gaz moins riches. A contrario, avec des panneaux de particules (aggloméré) ou, pire sur interventions avec l’omniprésence des polymères, le risque est plus grand.




Les fumées brûlent et "Qui contrôle l'AIR, (ici au moyen de la porte, contrôle le FEU..."



Restons humbles.

18 mai 2009

Explosion de gaz direct...

LES RISQUES LIES AU GAZ


Source : www.firefighterclosecalls.com

La séquence vidéo ci-dessus illustre avec des images impressionnantes une explosion de gaz filmée en "live" il y a quelques jours. Appelés pour un odeur de gaz dans un ensemble résidentiel, les pompiers de la 7° compagnie d'engin-pompe du Prince George County Fire department (Maryland - USA) sont sur place et procèdent aux opérations de localisation de l'origine de cette odeur de gaz quand survient l'explosion.

Plusieurs pompiers seront blessés (dont deux sérieusement) et seront hospitalisés, cependant leurs jours ne sont pas en danger.

RETEX

  • Méfions nous de la banalisation des interventions pour "fuite de gaz",
  • N'oublions pas qu'un pompier et un gazier ont perdu la vie l'an dernier à Lyon suite à une fuite de gaz, sans parler des nombreux blessés,
  • Lors de départs en intervention, pensons à vider nos poches des différents appareils(téléphones portables, bips, etc...) qui ajoutent aux multiples risques déjà présents et rendent de fait inutiles toutes les précautions prises lors de l'acquisition d'appareils opérationnels (détecteurs de gaz par exemple) dits antidéflagrants,
  • Attention à penser à éteindre les radios et à allumer les projecterus avant accès à la zone d'exclusion,
  • Pensons à réaliser une zone d'exclusion à proximité de la fuite de gaz,
  • Pensons à limiter les accès des zones concernées aux "civils" mais aussi à tous les intervenants (hors GDF) et notamment aux policiers souvent porteurs eux aussi de lampes, téléphones et autres radio,
  • Tous les pompiers dans la zone d'exclusion doivent être porteurs de leur tenue de feu complète.

Restons humbles et n'oublions pas que la complaisance est notre ennemie !

17 mai 2009

Le feu n'épargne personne !

Incendie au Fire Service College (Grande Bretagne)

Samedi 16 mai vers 09 h 00 du matin, un incendie s'est déclaré dans les réserves des ateliers du Fire Service College à Moreton In Marsh dans le comté de Glouscertershire.

Le bâtiment abritait douze véhicules ainsi que 1200 l de gazole et 500 l d'huile hydraulique.


Le sinistre aura nécessité la mise en oeuvre de 6 grosses lances dont une sur moyen aérien par une soixantaine de pompiers.

Au final, le feu s'est propagé et onze véhicules ont été entièrement détruits pour une valeur estimée à plus de 1.2 million de livres sterling.

Nota : Remarquez l'efficacité du balisage arrière et latéral des engins d'incendie britanniques !
Source : BBC News channel

Traversons l'Atlantique

Fire Web


Coup de projecteur sur l'excellent site de Ed Hartin, un pompier américain qui depuis longtemps se consacre à améliorer les connaissances des soldats du feu dans le domaine la compréhension des phénomènes liès à l'incendie.

Son logo traduit bien l'esprit du site que nous partageons totalement sur FIRETEX :

"Not just what and how but why !"

(Pas uniquement quoi et comment mais surtout Pourquoi)

Rédigé dans la langue de Shakespeare, ce site est très bien réalisé et étudie en détail des sinistres en recherchant à comprendre ce qui s'est passé, en orientant le questionnement afin de mettre le doigt sur les éléments clés dans le domaine de la lecture des signes.

A découvrir sans modération. http://cfbt-us.com/index.html

Bravo Ed !

Blog formateurs Liège

Bienvenue


Le mois de Mai est propice aux naissances, après le blog de nos collègues du sdis de Vaucluse, c'est au tour des formateurs "Feu à Développement Rapide" du corps des pompiers de Liège en Belgique de faire son apparition sur le web.

L'objectif est toujours le même, échanger, partager et comprendre avec en plus quelques fonctionnalités spécifiques au groupe en ce qui concerne la gestion des planning et des brûlages.

Pour leur rendre visite, un petit clic sur le lien ci-après :

http://flashoverliege.blogspot.com/

15 mai 2009

Hydrants et cables aériens

Accès aux hydrants




A New York, il est interdit de stationner devant les poteaux d'incendie, tant pis pour les contrevenants !

Source : www.firefighterclosecalls.com

Le premier engin-pompe a du se connecter à un autre hydrant (que celui figurant sur la photo) car le Fire Chief a garé son véhicule face au poteau !


Ici aussi il est interdit de stationner devant les poteaux d'incendie, qu'on se le dise !

Photos : Steve Skipton

Un peu de civisme ne nuit pas !
Echelles et cables aériens



Source : www.firefighterclosecalls.com

Echeliers, attention aux cables aériens.

Tenez en compte lors du choix de l'emplacement de l'échelle aérienne.

Pensez y en particulier la nuit où la visibilité est limitée.

A proximité des fils, attention aux risques de survenue d'arc électriques.

Lorsque vous utilisez les semelles de stabilisateurs, veillez à ce qu'elles soient positionnées dans le bon sens (contact métal - semelle) pour faciliter le passage du courant (en cas de foudre ou de contact avec cables).

Restons humbles et prudents !

13 mai 2009

Petit clic ou grande claque ?



Deux vidéos "non pompiers" mais les conséquences nous concernent aussi, en écho aux récents post relatifs à des accidents de circulation impliquant des engins d'incendie.

Vivement des ceintures équipant toutes les places des engins d'incendie et de secours, avant et arrière, et qui permettent de s'attacher facilement et efficacement même une fois équipé de l'ARI...

A condition que pour une fois nous ne respections pas le code de la route (qui nous dispense de la mettre lors des départs en intervention (dans les moments où nous prenons le plus de risques), SIC !) et qu'on la boucle de manière systématique !

Sécurité routière : Changeons !

11 mai 2009

Influence des ouvrants

Comprendre en modélisant


Pour bien comprendre l'influence de la gestion des ouvrants, donc de l'apport en comburant sur le développement du feu, plusieurs formateurs de l'équipe pédagogique "Feux en espaces clos" du sdis des Yvelines ont travaillé sur différents modèles de maquette.

Celle qui nous est présentée ici est la version 3 et une fois mise en oeuvre, elle permet de bien comprendre, en en visualisant les effets, l'importance d'une bonne gestion des ouvrants par rapport à la dynamique du feu.

Ceci reste une modélisation avec toutes les limites que cela comporte par rapport à un inendie grandeur nature, cependant les phénomènes reproduits par la maquette méritent qu'on leur consacre quelques minutes d'attention.

Cliquez sur le lien "You Tube" ci-dessous et bonne séquence.

Et n'oubliez pas : Qui contrôle l'air, contrôle le feu !

YouTube - OTR3

Source : Thierry Lebeau avec son aimable autorisation.

10 mai 2009

Reconnaissance cubique...

De la face A à la face D

Issues du site de Billy Goldfeder, voici deux photos qui illustrent la nécessité de procéder à une reconnaissance complète et cubique (des faces A à D, dessus et dessous).

Il est primordial que les pompiers qui s'engagent dans un bâtiment en connaissent la configuration.



Durant la reconnaissance, il convient de ne pas se fier uniquement aux apparences qui peuvent être trompeuses !

Il existe, notamment sur les bâtiments d'habitation collectif, des configurations où les accès avant et arrière diffèrent et ne correspondent pas au même niveau.

Prudence et ouvrons l'oeil !

Source : www.firefighterclosecalls.com

Félicitations au Chief Goldfeder

FELICITATIONS

Billy Goldfeder, animateur du magnifique site http://www.firefighterclosecalls.com/ vient d'être récompensé pour ses nombreuses actions dans le domaine de l'amélioration de la sécurité des pompiers et aussi de la prévention des cancers.
Le Chief Goldfeder vient de se voir décerner le "2008 Dallas Jones Memorial Award" en remerciement de toutes ses actions et conseils prodigués aux services d'incendie depuis de nombreuses années tant par le biais de ses écrits dans de nombreuses publications, de conférences et aussi de son site "Firefighterclosecalls".
Nous adressons nos sincères félicitations à Billy pour cette récompense et nous en profitons pour le remercier de son action au profit des pompiers dans le domaine de la sécurité, de l'analyse des retours d'expérience et aussi de nous autoriser à utiliser ses documents sur FIRETEX dont l'inspiration est en partie due à son site et à son action.
Congratulations and thankyou Billy.

6 mai 2009

Bienvenue à "Flashover 84"

Bienvenue à ce nouvel arrivant sur le Web Pompiers français consacré à l'incendie

Après le superbe site des casimirs de Gironde (cliquer sur Flashover 33 dans la liste des liens), nous vous invitons à découvrir le site du groupe pédagogique chargé de la formation "Flashover" au sein du sdis de Vaucluse avec au passage un amical salut à toute l'équipe des formateurs et tout particulièrement à Yvan leur responsable.

C'est notamment par le biais d'échanges au travers de ces réseaux informels, mais pour autant très sérieux, que les connaissances dans le domaine de l'incendie se répandront et se partageront entre tous les passionnés.

Pour découvrir ce nouveau site, http://www.flashover84.fr/ ou bien un petit clic sur Flashover 84 dans la liste des liens du site.

4 mai 2009

Incendies meurtriers

Incendies : combien de morts faudra-t-il encore ?


Gavre (Loire-Atlantique) :

29 avril 2009.
Le jeune Yoann agé de neuf ans a sauvé sa sœur et ses deux frères d’un incendie qui se propageait dans leur maison mercredi matin. Alors que sa mère venait de partir après avoir éteint la télévision, Yoann a subitement été tiré de son sommeil par une forte odeur de brûlé. Le salon s’est rapidement embrasé suite à une implosion du téléviseur, mais le jeune garçon a eu le temps de réveiller sa sœur et ses deux frères, avant de sortir sain et sauf de la maison.

Une fois de plus, des DAAF auraient permis une alerte précoce. Cette fois-ci Yoann a été réveillé à temps par le bruit de l'incendie, mais que serait-il arrivé s'il était resté endormi ? Combien de petites victimes auraient été à déplorer ?

Roubaix (Nord) :

Un homme est décédé dans un incendie qui a touché dans la nuit de jeudi à vendredi une résidence pour personnes âgées à Roubaix et son épouse, choquée, a été hospitalisée.

Le feu s'est déclaré aux alentours de 3h30 dans l'appartement du couple qui faisait partie d'une résidence pour personnes âgées. La victime est morte carbonisée.

De nouveau, la présence de détecteurs aurait vraisemblablement permis de sauver la vie de cet homme.

Bar le Duc (Meuse) :

Trois personnes ont trouvé la mort jeudi 30 avril vers 04h00 du matin dans l'incendie d'une maison particulière dans le centre historique de Bar-le-Duc. Les pompiers ont retrouvé les corps dans les décombres du bâtiment qui a particulièrement souffert sous l'effet de l'incendie.

Trois vies qui auraient certainement pu être sauvées par la présence de détecteurs.

Touillon et Loutelet (Doubs) :

Samedi matin, un violent incendie dans un chalet a causé la mort de trois personnes, deux femmes et une fillette d'une dizaine d'années, dans un village du Doubs. L'incendie, dont l'origine est inconnue, s'est déclaré vers 5 heures. Les trois corps ont été découverts aux alentours 9 heures dans les décombres du chalet totalement détruit. Le père, quant à lui a pu échapper aux flammes mais n'a rien pu faire pour sauver son épouse, sa belle-soeur et sa fille de l'incendie.

Trois morts dont une enfant et là encore vraisemblablement pas de DAAF !


02/05/2009 Villiers le Bel (Val d'Oise) :

Samedi matin vers 02h20, un incendie se déclarait dans un immeuble d'habitation à Villiers le Bel. L'incendie qui a pris dans une gaine électrique a détruit deux appartements et une douzaine de locataires ont été légèrement intoxiqués par les fumées. Malheureusement, un couple d'une vingtaine d'années s'est jeté par une fenêtre pour échapper aux flammes. La jeune femme est décédée tandis que l'homme est grièvement blessé. Présents sur place, des voisins accusent les pompiers d'être arrivés beaucoup trop tard. Une accusation réfutée par un officier des pompiers qui a expliqué dans les colonnes du quotidien "Le Parisien" que le premier engin s'est présenté onze minutes après l'appel et que les moyens du centre de secours le plus proche étaient déjà engagés sur un autre feu à Sarcelles.

Une fois de plus : pas un mot sur les DAAF dans la presse.

Par contre, les médias se sont immédiatement fait l'écho des reproches concernant les délais d'intervention jugés trop longs par les témoins.

Entendu sur une grande radio périphérique parisienne dimanche soir : une journaliste interroge le maire de la commune afin de lui demander s'il ne craint pas une nouvelle "flambée" de violence en rappelant les dramatiques incidents survenus dans la même commune quelques mois auparavant suite à un accident impliquant un scooter et un véhicule de police.

Par contre, aucune question sur les DAAF, ni sur la prévention, ni sur les budgets soit disant toujours à la hausse des services d'incendie !

Qui cela interresse-t-il ?

Quel est l'objectif en la circonstance ? Rebondir sur l'évènement pour parler de mesures suceptibles de sauver des vies ou relancer un processus de violences urbaines ?

8 morts en 4 jours et 5 incendies

Combien de morts faudra-t-il encore ?

Les images utilisées dans ce post ne sont nullement en lien avec les évènements relatés mais seulement utilisées à des fins d'illustration.