30 avr. 2009

Accidents de circulation

Accidents de circulation impliquant des véhicules d'incendie

USA : Houston (Texas).

Le 30 mars dernier, un accident grave a impliqué plusieurs véhicules dont deux engins d'incendie du corps d'Houston se rendant en intervention pour feu (qui en fait sera éteint avant l'arrivée des secours).

Les deux véhicules d'incendie sont entrés en collision à une intersection et sous la violence du choc, l'échelle aérienne s'est couchée en piégeant un véhicule de tourisme et fauchant au passage une cycliste qui passait à proximité.

Au final, le bilan est d'un mort (la cycliste qui décédera quelques jours plus tard à l'hôpital), de deux blessés graves (1 pompier éjecté lors de la collision et le conducteur du véhicule de tourisme piégé sous l'échelle) et de 8 blessés légers (6 pompiers et 2 civils).

Allemagne : Paderborn

Un autre accident grave se produisait le 10 avril en Allemagne impliquant une échelle aérienne du corps des pompiers, un taxi et deux autres véhicules de tourisme.

L'échelle partait en intervention avec ses signaux de priorité en marche lorsqu'elle fût violemment percutée à une intersection par un taxi avec 5 passagers à son bord (on ignore lequel des deux véhicules passait au vert).

Sous la force de l'impact, l'échelle s'est couchée puis a glissé jusqu'à venir percuter un poteau d'éclairage public heurtant au passage deux autres véhicules de tourisme.

Bilan final : Un mort et deux blessés graves chez les pompiers, deux morts et trois blessés graves dans le taxi, deux blessés graves et deux blessés légers dans les deux véhicules de tourisme.

USA : Camden (New Jersey)

Le 27 avril dernier, une collision s'est produite entre un pumper (Squad 7) et une voiture de police se rendant tous les deux sur la même intervention à Camden dans le New Jersey.

Fort heureusement, le bilan ne fait état d'aucun blessé parmi les pompiers ni parmi les policiers.


Comme souvent, l'accident semble venir du fait que deux véhicules prioritaires se présentent ensemble à une même intersection.

Photos : Steve Skipton.

RETEX

Comme toujours, loin de nous tout désir de porter un quelconque jugement, bien au contraire il s'agit plutôt en la circonstance de tirer des enseignements constructifs suite à ces drames.

  • Toujours marquer l'arrêt aux intersections et s'assurer que les autres usagers nous ont vu et nous cèdent le passage avant de s'engager,

  • Franchir les intersections à allure modérée,

  • Toujours penser que d'autres véhicules prioritaires (engins d'incendie, police, etc...) peuvent arriver par ailleurs,

  • Portons toujours la ceinture de sécurité,

  • Former les conducteurs à la conduite en "situation d'urgence",

  • Le seul fait d'être détenteur du permis PL ne fait pas un bon conducteur incendie,
  • Le rôle de conducteur devrait être reconnu, valorisé et ne pas concerner tous les détenteurs du permis PL mais uniquement un nombre restreint de conducteurs (on ne fait bien que ce que l'on fait souvent),

  • les conducteurs doivent être libres de leurs mouvements (pas de surpantalons, pas de veste de feu, pas de casque, etc...)

  • La généralisation des boites automatiques ou automatisées est un facteur de sécurité pour les engins d'incendie (les conducteurs se concentrent sur la conduite et pas sur le levier de vitesse),

  • Pas de matériel lourd et non fixé dans les coffres des cabines des engins (afin d'éviter les effets missiles dangereux pour les personnels en cas de retournement),

  • Nos engins doivent disposer de ceintures de sécurité à toutes les places, avant et arrière, et malgré les dispenses accordées par le code de la route, elles doivent être portées en permanence.

Les accidents illustrés ci-dessus sont certes survenus à l'étranger mais nous sommes exactement exposés aux mêmes risques.

Récemment en Ile de France, un accident de circulation impliquant un engin d'incendie et un poids lourd a piégé le pompier conducteur. Ce dernier aurait été géné par la manchette de sa veste de feu contrariant le mouvement sur le volant lorsqu'il a cherché à redresser. Fort heureusement, le conducteur ne fût que très légèrement blessé.

RETEX :

Conducteurs libres de mouvements, ceinturés, sans veste de feu, sans surpantalon, sans casque. Les risques pris par un conducteur qui est engoncé et géné par la tenue se reproduisent à chaque départ, tandis que l'occurence pour ce dernier de se retrouver exposé durant la courte période nécessaire pour s'équiper, une fois arrivé sur les lieux, est minime.

N'oublions pas la règle :

"Rouler vite c'est bien, arriver au feu c'est mieux" et mesurons les prises de risques selon les objectifs à atteindre.

Ainsi, concernant l'accident d'Houston, les pompiers partaient pour un feu qui s'est avéré éteint à l'arrivée des secours. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas se dépêcher mais peut-être chercher à gagner du temps autrement que sur la route.

On peut adopter une conduite rapide, vive mais raisonnable.

Les quelques secondes "perdues" à ralentir au carrefour à Houston auraient permis aux pompiers d'arriver sur les lieux du sinistre, de ne pas envoyer neuf soldats du feu à l'hôpital, de sauver la vie d'une cycliste et d'éviter la destruction de deux véhicules d'incendie.

Au final, il convient de s'interroger : le "jeu" en vaut-il la chandelle ?

Restons humbles et prudents.

Sources :

http://www.firefighterclosecalls.com/

http://www.firegeezer.com/

4 commentaires:

Laurence a dit…

article intéressant qui met en lumière que tous,nous devons être prudents sur la route:aussi bien le chauffeur du camion de pompiers,que les civils au volant de leurs voitures.le code de la route doit être respecté.

une petite chose:si chacun dans nos voitures, nous faisions preuve d'un peu plus de "civisme "lorsqu'un camion de pompiers se trouve sur notre route,cela faciliterait peut être les choses.....

concernant le nombre de véhicules de pompiers accidentés aux USA,je dois dire que j'ai été très surprise de découvrir que ce nombre était important.je ne juge pas,et je trouve très triste que ces accidents impliquants les véhicules des FD,conduisent à des tragédies dans des familles et au sein de certains FD.

Rolo a dit…

Salut Firetex’s boys,
Impressionnant ces cartons de véhicules rouges… Je me retourne vers vous car voyez-vous, j’ai un ami qui conduit des camions rouges lui aussi, mais pour distribuer dans Paris des boissons sucrées et gazeuses. Il fait cela depuis dix ans et n’a jamais eu d’accident. Il m’a avoué récemment en avoir un peu marre de ce job et il m’a demandé s’il pouvait devenir SPP, son rêve étant de conduire d’autres camions rouges, mais qui font pin-pon ceux-là. Après lui avoir expliqué les pré-requis pour passer le concours de pro, il m’a demandé quelles étaient les qualités requises pour devenir conducteur d’engins d’incendie ? Et alors là, mise à part lui dire qu’il fallait le permis PL, j’ai rien trouver d’autres pour lui dire qu’il avait déjà les qualités qu’il faut pour conduire un véhicule d’incendie partant au feu, avec des personnes à son bord, rempli de plusieurs centaines de liquides (carburant, eau, émulseurs…), plein d’objets contondants dans ces coffres et un gabarit parfois hors-norme. Je dis gabarit hors-norme car je me souviens d’une EPA de la BSPP dont l’extrémité du parc échelle s’était retrouvé d’au moins un bon mètre dans la lunette arrière, d’un bus de la RATP. J’au beau y réfléchir et je ne sais pas trop quoi lui répondre. Et pourtant, je me dis que conduire un camion-citerne de lait, livrer des sodas ou des palettes de chocolat et conduire un engin d’incendie, c’est pas la même chose…
J’ai vu dans une grande ville française que les conducteurs de véhicules récupérant les ordures, en clair les gars qui conduisent des camions-poubelles, avaient été formés à la conduite urbaine. Au programme : des évitements, des freinages d’urgences etc… À ma question pourquoi ? Le type chargé du parc véhicules m’à répondu que parfois, dans la rue , un enfant pouvait surgir !

Levons le pied et trouvons

Vulcain a dit…

Pour ma part, plus je lis ces excellents articles qui sont du bon sens, de la logique, etc... plus je pense les imprimer pour être affichés, lu par chacun au centre de secours, et même inclus dans les documents de formation (FIA, FMA). Nous avons un "sale" defaut dans notre beau pays, est de ne pas se servir de l'expérience et du passé pour progresser. Il faut que cela change !

Agissons !

dams a dit…

le traffic routier ne cesse de croître: PRUDENCE!

"mieux vaut arriver 5 minutes en retard que 50 ans en avance"