29 mars 2009

BACKDRAFT ?

CAMDEN : New Jersey (USA)

Samedi 07 mars dernier, le Camden Fire Department est engagé pour feu de bâtiment.
A leur arrivée, les pompiers (engine 11) sont confrontés à un feu développé interressant apparemment une pièce située au rez de chaussée d'un bâtiment à usage d'habitation mitoyen en construction briques (brownstone) typique de certaines banlieues américaines.


Le feu interesse une pièce située au rez de chaussée dont les ouvrants donnent en faces A et D. On ne voit pas ce qui se passe à l'étage au dessus du volume concerné par l'incendie. Le feu est pleinement développé, il sort sur la totalité des surfaces des ouvrants et "respire" par la porte d'entrée restée ouverte.


On note la différence de couleur des fumées émanant des deux fenêtres (couleur noire = produits de combustion des matériaux riches contenus dans le volume) et de celles plus claires sortant par la porte d'entrée (fumées plus diluées dans l'air et contenant vraisemblablement des gaz de pyrolyse).


Les pompiers s'équipent dans le calme, ce genre de feu est courant dans cette banlieue pauvre du New Jersey. Observez les fenêtres aux différents niveaux.

Le vent tourne légèrement, la situation est fumigène.


Une ligne d'attaque de gros diamètre (équivalent de nos tuyaux de 70 mm) est mise en place au moyen de tuyaux pliés en écheveaux.

Le porte-lance est en train de capeler, son collègue met en place la ligne d'attaque tandis que le batallion chief (chef de groupe) surveille l'évolution du feu sans avoir pris soin de revêtir sa tenue de feu.

Le porte-lance s'engage dans le bâtiment, remarquez les fumées qui s'épaississent et sortent sur une épaisseur correspondant au tiers supérieur du couloir. Observez les fenêtres noircies au rez de chausée à gauche de la porte d'entrée.

Le feu est développé, les fumées épaisses sortent sous pression et ont envahi la partie supérieure du bâtiment (observez au niveau des fenêtres à l'étage).

Les vitres de la fenêtre sont totalement noircies.


Le binôme s'engage en position accroupie, les fumées s'échappant par la porte semblent moins épaisses. Le chef de groupe est toujours à l'extérieur dans l'axe des ouvrants (porte d'entrée, fenêtres).

L'équipe d'attaque progresse dans le couloir, la combustion est toujours intense, les fumées qui s'échappent par la porte s'épaississent de nouveau (cycle de pulsation).

Le phénomène se produit, on constate la surpression ainsi générée par l'intensification des flammes très jaunes (apport de comburant) qui sortent des fenêtres tant au rez de chaussée qu'à l'étage, un épais nuage de fumées se dégage sous pression par la porte d'entrée.


On peut constater au sol à l'arrière du pumper (soit à une quinzaine de mètres du bâtiment) les projections de matériaux et huisseries suite au déclenchement du backdraft. Les pompiers engagés dans le couloir s'en tirent avec une grosse frayeur, bien protégés par leur tenue de feu.
Le battalion chief resté à l'extérieur dans l'axe des ouvrants a été blessé par les projections de verre et de matériaux. Hospitalisé, ses jours ne sont pas en danger.


RETEX
  • Faire une lecture précise du bâtiment, du feu et des fumées en utilisant le mnémotechnique (F.F.C.O.S = Flammes, Fumées, Chaleur, Ouvertures, Sons),
  • Il y a plusieurs pièces dans un bâtiment, ne pas se laisser "obnubiler" par une vision tunnel (les fenêtres d'où sortent les flammes),
  • Rechercher les signes (dans le cas présent, les vitres noircies doivent interpeller) annonciateurs des phénomènes thermiques,
  • Penser à contrôler les ouvrants permettant l'apport de comburant,
  • Ne pas négliger les risques de propagation horizontale essentiellement intérieure en la circonstance,
  • Etablir un zonage du sinistre avec notamment une zone d'exclusion dans le périmètre immédiat du bâtiment,
  • Tous les intervenants, quelle que soit leur position hiérarchique, doivent revêtir leur tenue de feu complète (surpantalon, cagoule et gants compris),
  • Ne pas stationner devant les ouvrants (cônes d'expansion potentiels).

Restons humbles, il n'y a pas de petits feux, pas de feux de m...e, ils sont tous toujours potentiellement dangereux.

Photos reproduites avec l'aimable autorisation de Steve SKIPTON, http://www.phillyfirenews.com/

Remerciements à Billy Goldfeder de http://www.firefighterclosecalls.com/

1 commentaire:

etienne a dit…

un beau sujet pourtant resté sans commentaire, dommage aussi je me lance !

no comment sur la LDF, tout est dit, voilà un bon outil pédago pour s'y entrainer en caserne.

Je rebondis sur la notion de feu de structure impliquant plusieurs volumes, au delà du volume initial face A/D ici post EGE ;

en effet la fenêtre noircie face A à gauche de l'entrée confirme que ce volume n'est pas confiné du feu : sa porte est ouverte, entre ouverte, partiellement brulée ou absente ! sans quoi "seules" des fumées grises et légères seraient visibles à travers les carreaux,

De plus les murs en briques "poreux" sont loin d'être "étanches" comme ceux en béton ...

Fenêtres noirçies = Signe d'alarme de Backdraft, ou d'auto inflammation...bref cela ne présage rien de bon.

Un phénomène n'exclut pas l'autre: EGE puis EF photos à l'appui !

mais pour aller plus loin quid d'un Backdraft ou d'une Smoke Explosion, appartenant aux Fire Gas Ignition (FGI)???

(voir précédent post au libellé lecture du feu :
Flash Fire)

Difficile d'être "catégorique" sans plus d'infos sur la configuration de la structure...

A méditer, restons humbles, merci Stéphane