27 déc. 2008

ABCD AIRE Pompiers

Vous trouverez ci-après un "Abécédaire pompiers" essentiellement consacré aux opérations de lutte contre l'incendie qui se veut non-exaustif, aussi, n'hésitez pas à faire des commentaires ou à nous suggérer des items à rajouter.

Pour des raisons de fluidité, le document a été fragmenté par groupe de lettres et sera mis en ligne en plusieurs fois de jour en jour.

Vous pouvez tout à fait le reconstituer au fur et à mesure sous la forme d'un seul document en faisant des "copier-coller".

Bonne lecture

Partage de RETours d’EXpériences selon FIRETEX inspirés notamment par John Taylor (er, SP Manchester), Paul Grimwood (er , London Fire Brigade), Vincent Dunn (er, FDNY)…

Quelques citations

« Un bon pompier sait, un très bon pompier sait pourquoi… »

« … il est proactif davantage que réactif, toujours à anticiper ce qui peut mal tourner plutôt que de tenter ensuite d’y réagir »

« La complaisance est notre pire ennemie »

« Entraînez vous comme si votre vie en dépendait, car c’est le cas »

« Ecouter, voir ou lire…vous risquez d’oublier ! Mais si vous faites une action une fois, vous pourrez la refaire »


ABCD…E.R AIRE non exhaustif !

Les thèmes abordés concernent essentiellement les opérations de lutte contre l’incendie sauf mention particulière.

AMARRER le tuyau (nœud de batelier) après le demi raccord (possibilité de le hisser si besoin) lors d’un établissement vertical.
Idem pour les vannes d’arrêt (une fois ouvertes) des DTE (Dispositifs de Tuyaux en Echeveaux), pour prévenir les fermetures accidentelles lors des « coups de bélier »(une sangle fait l’affaire).

S’AMARRER (si absence de ligne guide) avec la liaison personnelle courte sur le tuyau, lors des progressions en feux de cave, sous sol, parking, réserves de magasins et tout autre lieu inconnu nécessitant un « long » cheminement. Le but étant de maximiser les chances de rester orienté et au contact de cette « ligne de vie » en cas d’effondrement, d’explosion, etc…

ASCENSEURS = pièges à civils comme SP sur feux d’immeubles, penser à les bloquer au RDC.

Dans le cadre des opérations de « dégagement de personnes bloquées dans des cabines d’ascenseurs », toujours penser à mettre la machinerie hors tension (couper au tableau de commande de la machinerie et ne pas hésiter à retirer les fusibles) et s’assurer que toutes les portes palières sont bien fermées avant de quitter les lieux.

ATTACHONS NOTRE CEINTURE !
« un p’ti clic pour éviter une grande claque ! »
Aux USA, environ 1/4 des décès de SP en service commandés (env. 100 morts/an) sont les conséquences d’accidents de circulation survenus lors des déplacements en se rendant ou en revenant d’interventions.

BRAS ELEVATEURS Articulés ou télescopiques
Veiller à stabiliser le véhicule sur sol stable (attention aux plaques d’égout, aux différences de niveau entre trottoirs et rue, etc…).
Ne pas hésiter à utiliser les plaques semelles de stabilisateurs.
Les opérateurs en plateforme doivent systématiquement porter un harnais ou tout autre dispositif d’amarrage dotés, si possible, d’ «absorbeurs de chocs ».
Il doit toujours y avoir un opérateur en tourelle pour reprendre les commandes si nécessaire.
Attention aux câbles aériens et autres éléments pouvant se trouver dans le périmètre de rotation (avant et arrière pour les BEA de type ciseaux) et de fonctionnement du bras.

BARRE HALLIGAN (voir Halligan)

BIP (ou dispositif d’alerte individuel)
Penser à le déposer dans le placard de feu au moment du départ (risque de déclenchement d’une explosion en cas de fuite de gaz) ou à défaut à le laisser dans l’engin.

CAMERA THERMIQUE = des « yeux » pour aider le pompier dans sa recherche de victimes (civils ou SP) dans la fumée. Peut aussi utilement aider à localiser le(s) foyer(s) et autres .
points chauds. A utiliser sans modération… et de manière précoce.


CITERNE
de matières inflammables en feu ou soumise au rayonnement d’un foyer proche :
Refroidir en tenant compte d’un distance de sécurité maximum (portée de la lance : privilégier les grosses lances (gros débit et portée) ou les canons portables,
Se placer perpendiculairement car les extrémités risquent de céder en premier (attention aux effets missiles),
Viser la partie haute en limitant le choc thermique/mécanique afin de refroidir les vapeurs accumulées en haut de la citerne (voir GNR lances p.84),
Observer les signes au niveau des évents et trous d’homme (sortie de gaz sous pression, présence de flammes, etc…),
Penser aux risques d’écoulement de liquides inflammables (rue en pente) et de propagation,
Etc…

Co (Monoxyde de carbone):
Taux de concentration élevés à craindre en cave, sous-sol, etc… même si le feu se situe dans les étages car, malgré la convection, le CO étant aussi dense que l’air, il peut donc s’accumuler en partie basse.
ARI et détecteur CO sont de mise lors des reconnaissances.

CHUTE de débris/objets/victimes (verres, tuiles, cheminée, etc…) : Rester vigilant !
Le danger vient d’en haut, même hors du bâtiment, même une fois le feu éteint !
Lorsque vous entendez des bris de verres : ne pas lever la tête mais s’écarter du bâtiment ou y rentrer !
Un défenestré peut en cacher un autre…
Dans les milieux et quartiers « sensibles », toujours évoluer casqué (même lorsque l’intervention est terminée), observer vers le haut avant de sortir des bâtiments puis sortir rapidement. Ne pas cheminer le long des bâtiments mais s’en tenir écarté.

A suivre...

Aucun commentaire: