31 déc. 2008

Best of : Dangers en opération

Dernière garde de l'année 2008

Cette séquence vidéo nous présente une compilation de "presques accidents" survenus en opération desquels il nous convient de tirer les enseignements.

Regardons ces images avec attention, sans complaisance et interrogeons nous :

cela n'aurait il jamais pu nous arriver ?

Ne nous sommes nous jamais trouvé dans une situation similaire ?

Alors que 2008 va se terminer dans quelques heures, nombre d'entre nous sont de garde ou d'astreinte afin d'assurer la sécurité de nos concitoyens.

La garde 31 décembre est souvent synonyme d'interventions nombreuses, multiples voire répétitives.

Le caractère "festif" de cette soirée de Saint Sylvestre et l'ambiance du réveillon peut nous inciter à baisser d'un cran notre vigilance, à prendre les feux de poubelles et/ou les feux de voiture à la légère.

Quelques rappels de prudence :

CEINTURES DE SECURITE BOUCLEES à l'avant comme à l'arrière,

CONDUCTEURS = vigilance accrue notamment vis à vis des autres usagers de la route rendus "euphoriques" par la fin d'année et qui peuvent être moins attentifs aux avertisseurs lumineux et sonores (cf. Message collision de véhicules d'incendie sur FIRETEX),

INTERVENTIONS SUR LA VOIE PUBLIQUE = vigilance accrue (balisage, gilets haute-visibilité,etc...), les autres usagers sont moins attentifs voire sous l'effet de l'alcool et/ou de stupéfiants, etc...

IL N'Y A PAS DE PETITS FEUX

FEU = Tenue de feu complète et bien portée + ARI

FEUX DE POUBELLES = on peut trouver n'importe quoi dans une poubelle (RETEX d'un feu de poubelle qui contenait une cartouche de camping-gaz !)

FEUX DE VOITURES = Tenue de feu complète + ARI systématique + PL (LDV 500 l/mn)

(cf. images de la vidéo ci-dessus + vidéo feu de camping-car dans le Val d'Oise sur FIRETEX) :

  • Réaction des métaux à l'eau,
  • Dispositifs pyrotechniques équipant de + en + fréquemment les voitures tant à l'intérieur (airbags) qu'extérieurs (système amortisseurs équipant les pare-chocs de certains véhicules haut de gamme),
  • Consignes GPL (périmètre de sécurité - zone d'exclusion vers l'arrière),
  • Attention aux véhicules utilitaires (camionnettes, camping-cars, etc...) qui transportent potentiellement des réservoirs sous pression avec risque de BLEVE en cas d'échauffement),
  • Attention aux véhicules particuliers (Hybrides, électriques, etc...).

FEUX DE BATIMENTS : Coupure des énergies, reconnaissance, gestion des ouvrants, binôme de sécurité, mise en oeuvre de LDV 500l/mn à minima, etc...)

Bonne fin d'année, bonne garde et SOYEZ PRUDENTS !

FIRETEX

30 déc. 2008

Obsèques du pompier de Narbonne


Les obsèques de notre collègue Jérôme Gateau décédé des suites de l'intoxication survenue lors d'une intervention pour feu d'appartement le 25 décembre dernier à Narbonne seront célébrées ce jour, mardi 30 décembre.

La première partie de la cérémonie se déroulera au Parc des Expositions et sera suivie d'une cérémonie religieuse en la cathédrale Saint Just de Narbonne.

Nous saluons ici la mémoire de Jérôme décédé héroïquement alors qu'avec un collègue il était engagé dans l'appartement sinistré à la recherche d'une victime.

Nous nous associons à la douleur de sa famille et particulièrement de son épouse et de ses deux enfants et aussi à celle de nos collègues de Narbonne.

Qu'il repose en paix.

FIRETEX

28 déc. 2008

Narbonne : Décès d'un pompier

Le 25 décembre aux environs de 17 h 30, les secours de Narbonne sont engagés pour un feu d'appartement dans un immeuble vétuste de la ville.


Photo RD

A l'arrivée des pompiers, une occupante leur signale que son mari est manquant, alors qu'en fait il s'était enfui par une autre porte. Un binôme constitué de Jérôme Gâteau et de Vincent Lignon est aussitôt engagé pour effectuer la recherche de la victime dans l'appartement sinistré. Il semblerait que les 2 pompiers aient à un moment été désorientés dans l'appartement totalement enfumé.

Jérôme s'est vraisemblablement à un moment retrouvé à court d'air et Vincent a déclenché le signal d'alerte de son DI (détecteur d'immobilité) afin d'alerter ses collègues à l'extérieur qui se sont portés à leur secours mais n'ont pu les localiser immédiatement. Il leur a fallu défoncer une cloison avant de pouvoir atteindre puis secourir les deux pompiers qui ont ensuite été hospitalisés.

Jérôme Gateau est décédé aujourd'hui sur son lit d'hôpital des suites de son intoxication.

Agé de 35 ans, ce pompier volontaire était père de deux petits garçons de 4 et 5 ans et son épouse est infirmière pompier volontaire à Narbonne.

Nous adressons nos plus vives et sincères condoléances à la famille de notre collègue ainsi qu'à tous les pompiers de Narbonne et de l'Aude.

Le Président de la République, Nicolas Sarkozy a exprimé son émotion et a transmis un courrier de soutien à la veuve.

La ministre de l'intérieur, Michèle Alliot Marie a elle aussi fait part de son émotion et a salué la mémoire de notre collègue en indiquant qu'elle assisterait à ses obsèques.

Vous pouvez adresser un message de sympathie à nos collègues de Narbonne à l'adresse mail suivante : sympathie@pompiers-narbonne.fr

Sources : AFP / Le Midi Libre / La Dépêche.

27 déc. 2008

ABCD AIRE Pompiers

Vous trouverez ci-après un "Abécédaire pompiers" essentiellement consacré aux opérations de lutte contre l'incendie qui se veut non-exaustif, aussi, n'hésitez pas à faire des commentaires ou à nous suggérer des items à rajouter.

Pour des raisons de fluidité, le document a été fragmenté par groupe de lettres et sera mis en ligne en plusieurs fois de jour en jour.

Vous pouvez tout à fait le reconstituer au fur et à mesure sous la forme d'un seul document en faisant des "copier-coller".

Bonne lecture

Partage de RETours d’EXpériences selon FIRETEX inspirés notamment par John Taylor (er, SP Manchester), Paul Grimwood (er , London Fire Brigade), Vincent Dunn (er, FDNY)…

Quelques citations

« Un bon pompier sait, un très bon pompier sait pourquoi… »

« … il est proactif davantage que réactif, toujours à anticiper ce qui peut mal tourner plutôt que de tenter ensuite d’y réagir »

« La complaisance est notre pire ennemie »

« Entraînez vous comme si votre vie en dépendait, car c’est le cas »

« Ecouter, voir ou lire…vous risquez d’oublier ! Mais si vous faites une action une fois, vous pourrez la refaire »


ABCD…E.R AIRE non exhaustif !

Les thèmes abordés concernent essentiellement les opérations de lutte contre l’incendie sauf mention particulière.

AMARRER le tuyau (nœud de batelier) après le demi raccord (possibilité de le hisser si besoin) lors d’un établissement vertical.
Idem pour les vannes d’arrêt (une fois ouvertes) des DTE (Dispositifs de Tuyaux en Echeveaux), pour prévenir les fermetures accidentelles lors des « coups de bélier »(une sangle fait l’affaire).

S’AMARRER (si absence de ligne guide) avec la liaison personnelle courte sur le tuyau, lors des progressions en feux de cave, sous sol, parking, réserves de magasins et tout autre lieu inconnu nécessitant un « long » cheminement. Le but étant de maximiser les chances de rester orienté et au contact de cette « ligne de vie » en cas d’effondrement, d’explosion, etc…

ASCENSEURS = pièges à civils comme SP sur feux d’immeubles, penser à les bloquer au RDC.

Dans le cadre des opérations de « dégagement de personnes bloquées dans des cabines d’ascenseurs », toujours penser à mettre la machinerie hors tension (couper au tableau de commande de la machinerie et ne pas hésiter à retirer les fusibles) et s’assurer que toutes les portes palières sont bien fermées avant de quitter les lieux.

ATTACHONS NOTRE CEINTURE !
« un p’ti clic pour éviter une grande claque ! »
Aux USA, environ 1/4 des décès de SP en service commandés (env. 100 morts/an) sont les conséquences d’accidents de circulation survenus lors des déplacements en se rendant ou en revenant d’interventions.

BRAS ELEVATEURS Articulés ou télescopiques
Veiller à stabiliser le véhicule sur sol stable (attention aux plaques d’égout, aux différences de niveau entre trottoirs et rue, etc…).
Ne pas hésiter à utiliser les plaques semelles de stabilisateurs.
Les opérateurs en plateforme doivent systématiquement porter un harnais ou tout autre dispositif d’amarrage dotés, si possible, d’ «absorbeurs de chocs ».
Il doit toujours y avoir un opérateur en tourelle pour reprendre les commandes si nécessaire.
Attention aux câbles aériens et autres éléments pouvant se trouver dans le périmètre de rotation (avant et arrière pour les BEA de type ciseaux) et de fonctionnement du bras.

BARRE HALLIGAN (voir Halligan)

BIP (ou dispositif d’alerte individuel)
Penser à le déposer dans le placard de feu au moment du départ (risque de déclenchement d’une explosion en cas de fuite de gaz) ou à défaut à le laisser dans l’engin.

CAMERA THERMIQUE = des « yeux » pour aider le pompier dans sa recherche de victimes (civils ou SP) dans la fumée. Peut aussi utilement aider à localiser le(s) foyer(s) et autres .
points chauds. A utiliser sans modération… et de manière précoce.


CITERNE
de matières inflammables en feu ou soumise au rayonnement d’un foyer proche :
Refroidir en tenant compte d’un distance de sécurité maximum (portée de la lance : privilégier les grosses lances (gros débit et portée) ou les canons portables,
Se placer perpendiculairement car les extrémités risquent de céder en premier (attention aux effets missiles),
Viser la partie haute en limitant le choc thermique/mécanique afin de refroidir les vapeurs accumulées en haut de la citerne (voir GNR lances p.84),
Observer les signes au niveau des évents et trous d’homme (sortie de gaz sous pression, présence de flammes, etc…),
Penser aux risques d’écoulement de liquides inflammables (rue en pente) et de propagation,
Etc…

Co (Monoxyde de carbone):
Taux de concentration élevés à craindre en cave, sous-sol, etc… même si le feu se situe dans les étages car, malgré la convection, le CO étant aussi dense que l’air, il peut donc s’accumuler en partie basse.
ARI et détecteur CO sont de mise lors des reconnaissances.

CHUTE de débris/objets/victimes (verres, tuiles, cheminée, etc…) : Rester vigilant !
Le danger vient d’en haut, même hors du bâtiment, même une fois le feu éteint !
Lorsque vous entendez des bris de verres : ne pas lever la tête mais s’écarter du bâtiment ou y rentrer !
Un défenestré peut en cacher un autre…
Dans les milieux et quartiers « sensibles », toujours évoluer casqué (même lorsque l’intervention est terminée), observer vers le haut avant de sortir des bâtiments puis sortir rapidement. Ne pas cheminer le long des bâtiments mais s’en tenir écarté.

A suivre...

Contacts, Infos et suggestions

Bonjour,

Vous êtes de plus en plus nombreux à visiter le site FIRETEX et nous en sommes ravis.

Aussi, si vous souhaitez réagir aux articles, n'hésitez pas à laisser un commentaire en cliquant sur le mot Commentaires situé en bas à droite de chaque message.

Vous pouvez aussi nous contacter par mail ou nous transmettre des propositions de RETours d'EXpériences en nous écrivant à l'adresse suivante : FIRETEX911@Gmail.com

Toutes les informations relatives à des accidents survenus en opération sont les bienvenues non pas pour faire de la "mauvaise presse" ou du "voyeurisme mal placé" mais bien pour échanger et apprendre, pour prendre conscience des risques nombreux et multiples auxquels nous sommes confrontés et aussi des moyens de s'en prémunir.

Si vous souhaitez être ajouté à la mailing list et ainsi être averti par mail des mises à jour du site, indiquez nous votre adresse mail à FIRETEX911@Gmail.com

N'hésitez pas à faire connaitre l'adresse du site à votre "entourage pompier", plus nous serons nombreux à échanger, plus nous progresserons.

Merci d'avance de votre collaboration et de votre participation active.

FIRETEX

26 déc. 2008

Incendies : Ca continue !

La terrible loi des séries continue et on déplore quatre nouvelles victimes innocentes dont un bébé d'un an.

Les victimes ont été surprises dans leur sommeil et auraient vraisemblablement pu être sauvées par la présence de DAAF et un bon message d'éducation incendie.

Au vu des images diffusées par les médias suite à l'incendie de Saint Dizier, on a pu constater qu'en décembre 2008, des pompiers français, en l'occurence nos collègues de Haute-Marne, sont encore équipés de vestes de cuir et ne disposent toujours pas de surpantalons !

22 décembre Annecy
Une personne a trouvé la mort et dix autres ont été intoxiquées à la suite de l'incendie d'un appartement à Annecy, qui s'est déclaré dans la nuit de dimanche à lundi. L'incendie a entièrement détruit un appartement et fortement endommagé cinq autres situés dans un immeuble de neuf étages.

22 décembre Saint Dizier (Haute-Marne)
Un bébé d'un an est décédé lundi matin dans l'incendie d'un immeuble et six autres personnes ont été blessées, dont deux grièvement.
Le feu s'est déclaré pour une raison inconnue vers 7h30 au 2e étage d'un immeuble de six étages. Les fumées se sont ensuite propagées dans l'appartement du dessus où un jeune couple, et leur bébé dormaient. les parents ont été intoxiqués par les fumées et ont survécus mais leur enfant est décédé.


26 décembre Noisy le Grand (93)
Aux environs de 21 heures 30, une femme d'une soixantaine d'années a été retrouvée morte asphyxiée après qu'un feu se soit déclaré dans son appartement au quatrième étage d'un immeuble qui en compte neuf.

26 décembre Sevran (93)
Un peu plus tard à 0 heures 20, un homme de 47 ans, a péri dans un autre incendie au deuxième étage d'une habitation à Sevran et trois autres personnes ont été légèrement intoxiquées.

Combien de morts faudra t il encore pour que soit votée la loi sur les DAAF et que les sdis s'impliquent ACTIVEMENT dans la mission d'information du public face aux risques d'incendies domestiques ?

22 déc. 2008

JOYEUX NOEL


Toute l'équipe de FIRETEX vous souhaite un joyeux Noêl à vous et à tous ceux qui vous sont chers.

INCENDIES : Terrible loi des séries

Terrible loi des séries en quelques jours

10 MORTS EN UNE SEMAINE

17 décembre à Pantin (93)


Cinq personnes, dont un couple, un nourrisson et une femme enceinte, ont trouvé la mort dans un incendie, a priori d'origine accidentelle, ayant ravagé dans la nuit de mardi à mercredi un immeuble à Pantin.
Une femme enceinte âgée de 35 ans secourue en arrêt cardio-vasculaire est décédée dans les heures qui ont suivies.

Une deuxième femme, âgée de 70 ans, est décédée vendredi. Qualifié de «très violent» par les pompiers de Paris, le sinistre s'est déclaré à 03h30 au rez-de-chaussée d'un immeuble d'habitation. Le feu s'est ensuite propagé vers le haut par la cage d'escalier qui s'est partiellement effondrée, la rendant impraticable aux secours.

20 Décembre à Quimper



Photo : Béatrice Le Grand (Ouest France)

A Quimper dans le Finistère, un père de famille et son fils de trois ans sont morts dans l'incendie qui a détruit leur maison samedi après-midi vers 14 h 30. La mère, âgée de 36 ans et trois filles âgées de 15, 12 et 5 ans sont sauves. Des voisins ont tenté en vain de secourir le père, âgé de 36 ans, qui criait à la fenêtre de l'étage.

20 décembre à Marseille (13)
Photo AFP Gérard Julien


Deux jumeaux de 22 mois ont trouvé la mort dans l'incendie de leur appartement samedi après-midi, les deux autres enfants de la famille qui se trouvaient avec leur grand-mère ont pu échapper aux flammes. Une guirlande électrique sur le sapin de Noêl serait à l'origine du sinistre.

21 décembre à Rennes (35)
Le bilan de l'incendie qui s'est déclaré vers 01 h 00 du matin au rez de chaussée d'un immeuble à usage d'habitation dans la nuit de samedi à dimanche est de 1 mort et 9 blessés dont 4 graves (une femme enceinte et 3 enfants) qui ont été hospitalisés. Le sinistre a été rapidement éteint par les pompiers dont la caserne se trouvait à quelques centaines de mètres.


RETour d'EXpérience


Une fois de plus le feu fait d'innocentes victimes. Les médias, avides de sensationnel comme toujours transmettent l'information sans plus.

Il convient cependant de souligner l'exception de France 2 qui a réagit dans l'après-midi de dimanche en préparant un sujet comportant quelques conseils qui a été diffusé à une heure de grande écoute au début du journal de 20 heures.


Mais que font les sdis ? Que font leurs autorités de tutelle ?


Faudra-t-il vraiment un texte pour que les choses avancent ?


Pourquoi ne pas prendre dès aujourd'hui des initiatives qui vont dans le sens de nos missions, tout simplement dans le bon sens ?
  • Informons (utilisons nos engins pour y afficher des messages préventifs),
  • Allons au devant des enfants dans les écoles,
  • Profitons des visites d'école pour diffuser des messages concrets de prévention des incendies préparés à l'avance, ne nous contentons pas de faire tenir la LDT à nos jeunes visiteurs et de leur montrer la "grande échelle",
  • Utilisons les sites internets des sdis pour diffuser des messages de prévention,
  • Diffusons des messages sur nos calendriers,
  • Informons les pompiers pour que chaque intervention pour feu soit l'occasion de faire passer un message de prévention aux sinistrés, aux voisins, aux témoins, aux policiers et gendarmes, aux élus présents, etc...
  • en clair AGISSONS !

Quel dommage que nos parlementaires ne dépensent pas la même énergie pour faire avancer le projet de loi sur les DAAF que pour défendre la publicité à la télévision publique !

Où sont donc les vrais priorités ?

Apparemment pas dans l'urgente nécessité de sauver des vies innocentes ce qui est d'autant plus navrant que l'on sait comment faire !

Alors que Noêl approche à grand pas, pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour offrir des DAAF à ceux qui nous sont chers ? Voilà un cadeau, certes inhabituel, mais ô combien efficace et de surcroit peu onéreux.

FIRETEX

15 déc. 2008

TEMOIGNAGE : 1 vie sauvée !

Voici le témoignage d’un lecteur de FIRETEX, sapeur-pompier en Seine et Marne.

Alors qu’il propose le traditionnel calendrier des pompiers, une dame l'informe que le mois précédent, sa maison a manqué de prendre feu !

En fin de journée, cette femme d'une cinquantaine d’années travaille dans un local attenant à son habitation. Son époux, qui travaille de nuit, se repose dans une chambre de la maison où se trouve également leur fille Céline, jeune adulte mais victime d'une lourde pathologie (maladie des os de verre, déjà plus de 400 fractures, aveugle, et sans odorat !).

Au moment des faits, la jeune femme présente une fracture d'un tibia, et se déplace en fauteuil roulant. Voulant aider sa maman, elle décide de retirer du feu une casserole.
Le manche de cette dernière étant chaud, elle s'aide d'un torchon de cuisine qui prend feu au contact de la flamme.
La jeune femme ne s'en rend pas compte, pose la casserole sur le plan de travail, puis pose le torchon (qui continue de brûler) comme d'habitude sur l'accoudoir du fauteuil roulant, et, prudente, éteint le gaz !

Compte tenu de ses pathologies lourdes, elle ne voit pas la flamme, ne sent pas l'odeur de brûlé, et ne perçoit pas de crépitements !
Elle commence néanmoins à percevoir une légère sensation de chaleur dans le dos car le feu se propage déjà au fauteuil.

C'est à ce moment là, que notre ami le DAAF à 12 Euros s'est déclenché, aidant la jeune femme à prendre conscience de ce qui lui arrivait.
Malgré tout, il lui a fallu quelques secondes pour réagir au déclenchement du DAAF, car elle n'avait jamais entendu ce bruit !

A cet instant, elle est encore seule mais prend conscience du danger (la chaleur s'accentue). Courageusement, elle quitte son fauteuil (malgré sa fracture du tibia) et alerte sa mère en hurlant.
Celle-ci accourt quelques instants plus tard, s'occupe de sa fille pendant que le père réveillé par le DAAF et les cris traite le "début" d’incendie.

A cet instant, les flammes lèchent le plafond et une couche de fumée est déjà présente dans la totalité du salon (cuisine américaine).
L’extinction est vite réalisée mais le fauteuil roulant et son coussin sont complètement détruits.
La mère de la jeune fille prépare actuellement un article de presse avec photos a l'appui, destiné à une revue pour handicapés, de façon à promouvoir les DAAF, d'autant plus chez les personnes vulnérables !

RETour d'EXpérience

Ce témoignage nous conforte face à l'impérieuse nécessité de disposer de DAAF dans nos habitations.

Ceci étant, cela n'est pas suffisant et il faut également :

  • Les entretenir (aspirer régulièrement la chambre de détection),
  • Les tester au moins une fois par mois (bouton test),
  • Changer les piles tous les ans (lors du changement d'heure par exemple),
  • Préparer chacun des occupants de la maison à identifier le bruit d'alerte
  • Définir la conduite à tenir en cas d'incendie,
  • Toujours avoir un téléphone à portée de main,
  • Préparer un ou des itinéraires d'évacuation.

FIRETEX

14 déc. 2008

Incendie : Encore 3 morts

Trois enfants meurent dans un incendie.

Trois enfants âgés de cinq à huit ans ont trouvé la mort, samedi 13 décembre, dans l’incendie de leur appartement de Saint-Priest (Rhône).
Hier matin, vers 8 h 40, pour une raison encore inconnue, un incendie s’est déclaré dans un appartement du dernier étage de cet immeuble dans la banlieue de Lyon. Deux sœurs aînées de 8 ans et un de leurs petits frères agé de 5 ans ont péri lors du sinistre qui a fait également deux blessés graves. Malgré tout, le père des enfants a pu sauver ses deux plus petits garçons des flammes, deux enfants de 2 et 4 ans au prix de graves brûlures. Mais le feu était trop violent. Il n’a pas pu faire plus.

La veille au soir, un autre incendie s'était déclaré à Lyon causant 16 blessés dont 2 graves.


A quelques jours de la période festive de Noêl, encore deux drames qui auraient vraisemblablement pu être évités si les appartements avaient été équipés de DAAF en état de marche; le tout amélioré par un peu d'éducation du public.

Qu'attendons nous pour agir ?

Pourquoi ne pas mettre des DAAF au pied du sapin le 25 décembre prochain ?
Offrons à nos proches le moyen de se protéger du feu. Chacun d'entre nous peut agir pour faire avancer le message de la prévention (parents, amis, collègues, voisins,etc...)

Prévention incendies domestiques

L'Institut National de la Consommation (INC) consacre une série d'émissions à la prévention des incendies domestiques. Plusieurs spots seront diffusés dans la semaine à venir (du lundi 15 à vendredi 19 décembre 2008) sur les thèmes suivants :

  • Les DAAF,
  • Comment éviter l'incendie ?

  • Que faire quand l'incendie survient ?

Ces messages seront diffusés tous les jours sur France 2 vers 13h45 mais aussi sur France 3 vers 20h20 à partir de dimanche 14 décembre. Vous pourrez également retrouver les vidéos sur le site internet de l'INC (http://www.conso.net/).

FIRETEX

8 déc. 2008

Backdraft.… !

Backdraft : les signes d’alarme, une fois la porte ouverte





Pour ce sujet relatif au backdraft, nous vous présentons deux vidéos, dans celle de gauche, le feu interesse un bâtiment de plain-pied, dans l'autre il s'agit d'un simulateur.


Bien que les structures soient différentes, dans les deux cas, on retrouve des signes similaires indicateurs d'un risque imminent de backdraft.

Vidéo de gauche, Lecture Du Feu :

  • pavillon de plain pied, volume à priori clos,
  • des fumées claires (gaz de pyrolyse et certainement un peu de vapeur d'eau" s'échappent" de la toiture sous pression et par pulsations,
  • pas de flammes visibles de l'extérieur,
  • signes de chaleur confirmée sur le tiers supérieur de la porte : peinture craquelée et brûlée...
  • ouvrants : vitres non noircies (la pièce est elle confinée ou bien sont elles obstruées de l'intérieur pour les besoins de l'exercice ?),
  • sons ??? (Pas d'informations flagrantes à ce sujet).

Par contre, pas de signe des "fameuses" fumées censées pulsées sous la porte. Ce n'est pas le cas ici car le "volume" n'est apparemment pas assez étanche ce qui cause de multiples fuites, notamment au niveau de la toiture limitant de ce fait la montée en pression du bâtiment.


Malgré l'absence de "test de porte", celle-ci ne semble pas "bouillante" de haut en bas... (La aussi, la convection concentre la chaleur en partie haute, de plus les "fuites" au niveau de la toiture amplifient un sens de tirage du bas vers le haut).


Typologie floue quand tu nous tiens...


(Nous sommes effectivement en plein dans le contexte typologie floue (cf. GNR phénomènes thermiques) : certains signes sont présents mais pas tous...)


RETEX et ANALYSE


Portes et ouvrants :


Ne jamais opérer en face de la porte = ne pas stationner en face des ouvrants quels qu'ils soient, on ne sait pas à quel moment ils sont suceptibles de "lacher" (ouverture ou rupture selon le cas).



Ouverture de la porte :
1 épais panache actif et turbulent de fumées surchauffées brunes claires, s'échappant sous pression en partie haute,
2 "la veine d'air" (« air track » cher à John TAYLOR), ou le "courant de convection"
(« gravity current » cher à Paul GRIMWOOD) s'établit nettement générant d'importants échanges véloces air/fumées (denses et jaunes/brunes).
Le feu ne respire à priori que par cette porte...
(NB : signe déjà observé sur des vidéos de simulateurs backdraft comme celle de droite)
3 le mélange trop riche se dilue inexorablement, le foyer se réactive....
(NB : le mythe de l'explosion "instantanée" dès l'ouverture en prend encore un coup...)
Résultat : backdraft suivi de flashover !
A l'instar du commentateur, on n'ose pas imaginer la situation du personnel d'un BAT qui se serait engagé dans un couloir et qui n'aurait pas "lu" ces signes annonciateurs (hélas trop méconnus des pompiers français)…


Car ils apparaissent et s'amplifient très rapidement après l'ouverture de la porte (suite à l'augmentation brutale de l'apport de comburant) et il est à craindre que pendant ce critique "timing" pré-backdraft, nombreux sont ceux qui pourraient prendre le risque de progresser "pour aller chercher le feu" (sic)...
Continuons à insister sur la vitale nécessité de réaliser une lecture du feu afin de rechercher ces signes, même et surtout une fois la porte ouverte !


Comment élimiter ou tout du moins limiter les risques de survenue du backdraft dans le cas présent ?


Tout d'abord en contrôlant la porte, même après ouverture. Il conviendrait de disposer d'un outil de forcement type barre Halligan qui permettrait de rabattre la porte en cas de nécessité.


Dans le cas présent,il aurait été judicieux que les deux pompiers disposent au minimum d'un moyen hydraulique permettant un débit de l'ordre de 500 l/mn afin de pouvoir :



  1. Attaquer la masse gazeuse, à plein débit en JDA (Jet Diffusé d'Attaque), en partie haute (pour un effet de refroidissement massif visant aussi à en diminuer le volume),

  2. A envoyer, toujours à plein débit une impulsion en JDA, dans la moitié inférieure du volume de la porte afin d'utiliser le courant de convection et amener un volume d'eau vers le foyer,

  3. A refermer la porte immédiatement après afin de laisser agir la vapeur.

Pour ce faire, il est impératif que le porte-lance et son équipier agissent de manière coordonnée.


Ensuite, recommencer à l'envie à plusieurs reprises jusqu'à diminution des signes (diminution du volume des fumées, éclaircissement de ces dernières, abaissement de la température, ralentissement de la vitesse de sortie des produits de combustion mélés de vapeur d'eau).


L'attaque et l'inertage des fumées contenues dans le volume pourra ensuite se poursuivre de puis l'estérieur.


Pour des raisons évidentes de sécurité, toutes ces actions seront menées depuis l'extérieur sans rester dans le cône d'expansion des gaz (ce qui n'est pas le cas car comme on peut le remarquer, les deux pompiers opèrent quasiment en permanence face à la porte !).


On peut constater sur les images que les deux pompiers utilisent des lances de dévidoirs tournants donc ne délivrant que des débits limités. Les images parlent d'elles-même, on voit bien que bien que deux lances soient en manoeuvre, leur action reste très limitée face à un feu pleinement développé.


Et pourtant, le volume est ici de faible dimension, qu'en serait il face à un volume plus grand et développant plus de puissance ?


En résumé :


Lecture du feu précise,


Tenue de feu complète + ARI,


Ne pas stationner face aux ouvrants,


Action coordonnée de l'équipe d'attaque (ouverture de porte + attaque),


Disposer au minimum d'un moyen hydraulique puissant (500 l/mn),


Anticiper sur le risque d'évolution de la situation,


Contrôler la porte après ouverture (barre Halligan ou autre moyen),


Attaquer le ciel gazeux JDA plein débit (refroidissement) + Attaque impulsion courtes JDA plein débit (utilisation du courant de convection),


Et entraînons nous aux techniques d'ouvertures de portes et à la maîtrise de l'air...feu qui respire feu qui empire...


Restons humbles

4 déc. 2008

SAINTE BARBE

Sainte Barbe : Sainte Patronne des hommes du Feu


N'oublions pas nos traditions, le 4 décembre est la date où nous fêtons Sainte-Barbe, patronne de tous ceux qui ont un lien avec le feu dans le cadre de leurs activités professionnelles et à ce titre, nous figurons en bonne place.

Vous trouverez ci-après quelques lignes évoquant l'historique de Sainte Barbe.

Ceci étant, outre l'occasion pour tous les hommes du feu, tous les pompiers, qu'ils soient sapeurs ou marins, de se retrouver pour un moment de mémoire, de reconnaissance des services rendus et autres actes de courage et de dévouement, souvent suivis de moments festifs, n'oublions pas que nous ne pouvons pas compter uniquement sur la protection de Sainte Barbe...

Il nous faut continuer à apprendre, à mieux connaitre notre ennemi et son fonctionnement, à échanger et mutualiser nos connaissances et nos vécus opérationnels pour intervenir dans les meilleures conditions d'efficacité, au profit de nos concitoyens, et de sécurité pour nous-mêmes.

Un peu d'histoire...

<< BARBE (an 235 de notre ère) était la fille de DIOSCORE, lequel régnait sur la ville de NICOMEDIE, en Asie mineure. DIOSCORE était un véritable tyran, persécutant sans relâche les chrétiens. De retour de campagne, ce dernier eut connaissance du baptême de sa fille qu'il pressa d'abjurer cette religion.

Devant son obstination, il la fit emprisonner, enchaîner et priver de toute nourriture. Elle ne céda pas, même après trois jours de supplices, pendant lesquels, elle subit les pires tortures.

Excédé, il décapita, lui même, sa propre fille !
Alors qu'il accomplissait ce geste horrible, un éclair immense le frappa à mort.
BARBE avait été vengée de ce geste affreux par l'éclair, le feu du ciel.

C'est ainsi que BARBE devint la patronne de tout ce qui éclate, brûle, fulgure et détonne (artilleurs, mineurs et pompiers). >>

Bonne Sainte Barbe à tous et soyez prudents.
FIRETEX

1 déc. 2008

Plaidoyer pour les DAAF

Conformément à l'esprit du site qui cherche à s'appuyer sur des RETours d'EXpérience pour progresser et apprendre, vous trouverez ci-après la réaction du colonel (ER) Schmauch au message sur le rôle des sapeurs-pompiers concernant les DAAF et l'information du public face aux risques d'incendies domestiques.



Au travers des exemples qu'il cite ci-après, notre lecteur nous fait part de cas où la présence de DAAF aurait vraisemblablement permis de sauver la vies de deux personnes en dehors de leur phase de sommeil.


" L'affaire des DAAF est tout à fait significative de notre faiblesse.

Les sapeurs-pompiers savent que ces petits appareils sauvent "environ" 50% des personnes confrontées à un incendie pendant leur sommeil - à ce sujet, je dispose d'une vaste bibliographie et de très belles statistiques...

Parfois, ils peuvent même sauver des personnes qui ne dorment pas comme le démontrent les deux exemples suivants ...

Exemple 1

Il y a quelques mois, une femme d'une cinquantaine d'années trouve la mort à R***, dans son appartement, vers 4 heures de l'après-midi.

Le procureur me demande une expertise.

Sur place, l'affaire est vite conclue.
1. La personne est dans sa chambre, allongée sur son lit et téléphone. La porte séparant cette
chambre du salon-séjour est fermée,
2. Dans son salon-séjour, le four encastré chauffe, chauffe, chauffe... et met le feu au meuble
en bois dans lequel il était encastré,
3. Le salon-séjour se remplit d'une bonne fumée, bien dense et bien toxique,
4. La personne entend du bruit,
5. Elle se lève,
6. Elle ouvre la porte,
7. Elle tombe inanimée au sol...

Avec un DAAF, elle serait encore en vie.



Les dégâts liés à l'incendie sont des plus faibles... Quelques centaines d'euros...

Il faut dire que la caserne des SP était à 200 mètres de l'appartement !

Exemple 2

Il y a quelques semaines, un homme de 75 ans trouve la mort à Q***, dans sa maison, vers 11 heures du matin.
Le procureur me demande une expertise.

Sur place, l'affaire est vite conclue.

1. L'homme est dans son bureau... Un bureau plein de dossiers, de livres, pleins de cartons...
(un peu comme le mien mais ma maison dispose de 5 DAAF...),
2. Sans aucun doute, il fume,
3. Il se lève et va dans sa salle de bains,
4. La cigarette mal éteinte met le feu à son bureau...
Le bureau mesure 4 x 4 m²... C'est petit et il faut peu de temps pour arriver à
l'embrasement généralisé,
5. Les fumées remplissent la maison mais n'entrent pas dans la salle de bains car la porte est
fermée.... Certains diront que la suppression des portes serait une bonne solution,
6. L'homme ouvre la porte de sa salle de bains,
7. Il tombe raide mort,
8. Dans le jardin, sa femme continue à jardiner...

Ainsi va la vie, ainsi va la mort.


Sans aucun doute, notre pays doit être fort riche puisqu'il considère qu'il est plus économique de verser des pensions, créer des orphelins, mettre des parents dans des détresses infinies...que d'imposer des DAAF.

Par ailleurs, nous continuons à croire que nous avons la meilleure prévention du monde...

Des publicités sur les engins d'incendie pour les DAAF, j'en ai vu pour la première fois au Royaume-Uni...
J'étais bien plus jeune qu'aujourd'hui et je courais encore le 20 kilomètres en 1 heure 8 minutes...
Cela devait être en 1982 ou 1983.

Dans mon bureau, il y a un DAAF mais il y a aussi un DAI qui a plus de 60 ans, qui fonctionne encore et que j'ai ramené du Canada en 1999.

Mais n'est-il pas du devoir des sapeurs-pompiers de faire connaître la vérité sur les DAAF ?

Très cordialement.

Nota : j'envisage un article sur les DAAF pour le journal Le Monde... Qu'en pensez-vous ? "
JFS

Nous pensons qu'il s'agit d'une excellente idée et qu'un article dans un média de grande portée nationale serait de nature à générer une réelle prise de conscience sur le sujet.
FIRETEX

Affiche britannique de la campagne nationale d'information du public face au risque d'incendie domestique qui, conformément à l'esprit anglo-saxon n'y va pas par quatre chemins mais exprime clairement les choses : "LE FEU TUE, vous pouvez l'en empêcher"

Pour info, visitez le site : www.firekills.com

A quand une démarche similaire en France ?