18 nov. 2008

Val d'Oise : Feu de Terrasse + explosion

Feu de chantier d’isolation en toiture

Des travaux de réfection d’isolation se déroulent en toiture d’une barre d’immeubles à usage d’habitations R+4-1. Celui-ci est desservi par quatre cages d’escaliers dont une seule (n°4) permet l’accès en toiture par un skydome.

La toiture terrasse est en béton et recouverte d'un revêtement bitumeux qui est l'objet de la réfection.

Le bâtiment se trouve en pleine zone urbaine dans un secteur très peuplé et populaire.

(Image satellite)
http://maps.google.fr/maps?f=q&hl=fr&geocode=&q=rue+bourdelle,+95200+Sarcelles,+Val-d'Oise,+Ile-de-France,+France&sll=48.976541,2.386538&sspn=0.001662,0.003433&ie=UTF8&ll=48.977747,2.385986&spn=0.001662,0.005472&t=h&z=18
Il est bordé à proximité d'autres bâtiments d'habitation, d'une crèche pour enfants et de l'autre côté de l'avenue d'un foyer de jeunes travailleurs.


Au moment des travaux, deux ouvriers travaillent sur le toit où se trouvent de nombreux rouleaux de revêtement bitumeux (une quarantaine) ainsi qu’une dizaine de bouteilles de gaz (25 kg et 50 kg).

Le feu part du chalumeau qui chauffe un rouleau. Un des ouvriers reste bloqué en toiture par le feu mais il réussit à descendre par le câble du monte charge avant que l'échelle aérienne ne soit mise en station.



Les secours sont appelés à 11h26, soit au moment où de nombreux enfants et parents sont dans la rue (sortie d'écoles et beaucoup d'enfants dans le quartier).

Dans le Val d’Oise, le train de départ pour feu dans un bâtiment d'habitation est composé de deux engins pompes, d’une échelle aérienne et d’un chef de groupe, le tout étant complété par un VSAB si notion de victime avérée ou potentielle.

Eu égard au grand nombre d’appels, un « complément d’anticipation » comprenant un engin-pompe, une échelle et un véhicule de soutien a été engagé ainsi qu’un PC de colonne, un chef de colonne et un chef de groupe supplémentaire.

Un gros panache de fumée noire est visible dès le transit vers l'adresse.



Une explosion se produit à l’arrivée des sapeurs pompiers tandis que le bâtiment est en cours d'évacuation par la police qui n’avait pas encore réalisé de périmètre de sécurité.
Il a été retrouvé 3 missiles de bouteille sur la terrasse dans un périmètre de 30 mètres environ, des dégâts d'impacts ont été constatés sur les différentes cheminées et dans le sol de la terrasse.

Un autre morceau a été retrouvé en bas de l'immeuble à environ 50 mètres. Fort heureusement personne ne sera touché par les effets missiles de l'enveloppe de la bouteille.

Un PRV est activé dans une salle d'un ERP à proximité.

Bilan : Un ouvrier est légèrement brûlé aux mains ainsi qu’un sapeur-pompier (très légèrement brûlé sous son gant textile) tandis que 13 résidents de l'immeuble sont choqués.
De plus, quatre pompiers (équipage d'un VSAV et le chef d'agrès d'un des FPT) se trouvant au pied de l'immeuble au moment de l'explosion, ont des problèmes d'oreilles.

Au total quatre pompiers et deux civils seront transportés en milieu hospitalier.

RETEX

VICTIMES POTENTIELLES
De nombreuses personnes sont présentes dans la rue au moment des faits (jour et horaire de l’intervention) = nombreuses victimes potentielles + effet panique = impact acoustique (bruit de l’explosion),

TAUX D’OCCUPATION
A contrario, taux d’occupation peu élevé des habitations à cette même heure,

POLICE
La police a procédé (comme d’habitude) aux évacuations avant l’arrivée des pompiers ce qui n’est pas forcément favorable car dans le cas présent, de nombreuses personnes se sont retrouvées dans la rue devenant les cibles potentielles des missiles,

GESTION DES EVACUES
En la circonstance activation d’un PRV dans un ERP situé à proximité ce qui ne sera pas toujours possible facilement selon le lieu et l’heure de survenue et pouvant engendrer des complications selon la période de l’année (conditions météo),

BOUTEILLES DE GAZ
De nombreuses bouteilles de gaz sont présentes sur la terrasse = risques d’explosions multiples donc nécessité de prévoir un périmètre de sécurité conséquent (minimum 50 mètres),
(Rappelons-nous qu’un pompier de la BSPP, conducteur d’un engin-pompe situé à distance avait été tué par le missile de la bouteille lors d’une opération similaire il y a une quinzaine d’années),
Penser à recenser le nombre et la capacité des bouteilles utilisées auprès des ouvriers présents pour évaluation du niveau de risque,

EXPOSITION DES PERSONNELS
Les personnels chargés de l’attaque et du refroidissement des bouteilles de gaz sont exposés aux risques personnels. Doter les engins-pompe de canons de toit est un moyen permettant de limiter l'exposition des personnels tout en permettant une mise en œuvre rapide de moyens d'attaque,

· MOYENS ENGAGES
Le volume de moyens engagés a permis une montée en puissance rapide de l’opération et s’est avéré adapté et suffisant,

· ACCES ECHELLES
Le bâtiment concerné est desservi par deux voies échelles cependant la présence d’arbres non élagués a rendu difficile le positionnement de la première échelle (nécessité d’effectuer des visites de secteur et d’attirer l’attention des syndics et services municipaux sur les difficultés ainsi engendrés / les effets de la réglementation peuvent être considérablement diminués par ce genre de situation…),

· POINTS D’EAU
Les points d’eau étaient nombreux et bien répartis,

· ACCES TERRASSE
Il n’existait qu’un seul point d’accès en terrasse depuis l’intérieur du bâtiment ce qui a mis un ouvrier en difficulté, le feu lui en interdisant l’utilisation, de plus cela peut rendre difficile l’accès des pompiers,

· EPI :
Un pompier a été légèrement brûlé aux mains malgré le port de ses gants. Les gants sont souvent un point fragile de la protection (usure, taille non adaptée, absence de barrière imper-respirante, transpiration, etc…) et il convient d’être vigilant quant à leur état et de rappeler les conditions de port et d’entretien mais aussi de choix de tailles. On a ainsi souvent tendance a choisir des gants « taillant juste » afin de conserver une bonne préhension mais ceci se fait au détriment de la protection thermique (cette dernière étant, entre autre assurée par la couche d’air).

Malgré toutes les précautions, nous ne sommes malheureusement jamais complètement à l'abri... le métier de pompier reste un métier dangereux !!!

Merci à Fabrice Jean et au sdis 95 pour la diffusion de ces informations et pour les enseignements tirés.


(Photos DR et SDIS95)

8 commentaires:

Fab a dit…

Merci pour ce moment de lecture et de réflexion toujours très enrichissant, je me permet d'ajouter un mot sur un pompier de Paris qui est intervenu sur un feu du même genre mais dont l'issue est moins heureuse.


“ Le 6 février 1990, les secours de la Brigade furent alertés pour feu, 34, rue de la Vanne, à Montrouge. Le feu intéressait les toitures en terrasse. L’explosion d’une bouteille de gaz, blessa plusieurs gradés et sapeurs du Corps, dont un mortellement ”.

Le sapeur de 1re classe HIDEUX fut décoré de la médaille militaire et de la médaille d’or des actes de courage et de dévouement à titre posthume. Il est cité à l’ordre de l’armée.

Fabien

Stéph a dit…

Merci à Fab pour toutes ces précisions.Comme vous pouvez le constater, il a été fait mention de ce dramatique accident dans le texte mais sans les précisions relatives à la date, au lieu de survenue et à l'identité de notre défunt camarade.
Dédions ce RETEX à la mémoire du sapeur Hideux afin que son sacrifice n'ait pas été vain et pour éviter que de tels drames ne se reproduisent.
FIRETEX

Anonyme a dit…

Merci à Fabrice Jean et à Stéphane pour avoir dédié cet article au Sapeur Hideux. Ce sapeur n'était pas dans les engins ce jour là. L'intervention se situant a quelques foulées de la caserne de Montrouge (rue de la vanne) il est allé de lui même aider le conducteur a alimenter son engin! Il a été frappé par le missile "au cul" du PS!
Merci pour lui. Tu sais Stéphane, combien cela me touche!
"Thanks"
LAURENT

Anonyme a dit…

Honneur à notre ancien collègue tombé au feu,les souvenirs reviennent sur cette intervention similaire,diffusons et comminiquons.merci à tous pour les témoignagnes.
Robert Radke

Stéphane a dit…

A ce défunt collègue ...

Anonyme a dit…

A mon oncle et parrain... Alys Hideux

vhideux a dit…

Merci à vous et particulièrement à Fab pour avoir pris le temps d'ajouter un commentaire sur Stéphanie HIDEUX "mon petit frère"

Bien à vous...

Valérie HIDEUX

Anonyme a dit…

22 ans après, nous ses potes de St Mard, on garde toujours un souvenir ému de ce jour de début Février 90. Nous avions ou allions avoir 20 ans et nous croyions tous invulnérables ...
Tu nous manqueras pour toujours Steph.
Pierre