9 oct. 2008

PERPIGNAN : Un pompier gravement blessé !

Perpignan: pronostic "réservé" pour le pompier gravement atteint

Le pompier le plus gravement blessé lors de l’incendie d’un immeuble, mardi 07 octobre au matin à Perpignan, a été placé en coma artificiel après l’opération d’un traumatisme crânien, et le pronostic sur son état est "réservé", a-t-on appris auprès des pompiers des Pyrénées-Orientales.
"Ce pompier, un sergent-chef de 49 ans, a été grièvement atteint à la suite d’une chute et a été opéré d’un traumatisme crânien avant d’être placé dans un coma artificiel.

Son état est réservé", a déclaré à l’AFP le colonel Jean-Paul Salles-Mazou.
Ce pompier et un deuxième blessé, qui a pu regagner son domicile après avoir été intoxiqué par des fumées, faisaient partie des 70 hommes mobilisés mardi pour lutter contre l’incendie qui s’est déclaré peu après 5H00 dans une parfumerie située au rez-de-chaussée d’un immeuble de quatre étages. Le feu s’est propagé à tout l’immeuble et a provoqué son effondrement.
Un homme suspecté d’être l’auteur de l’incendie a été placé en garde à vue. Agé de 24 ans, il avait déjà été arrêté pour un précédent incendie et "ne semble pas jouir de toutes ses facultés", selon la police.
Source : AFP


Nous suivrons l'évolution de l'état de santé de ce collègue et vous tiendrons informés. Nous espérons bien évidemment qu'il puisse se rétablir au plus vite.

Une fois de plus, le feu frappe avec violence ceux chargés de le combattre.
Nous le voyons bien par cet exemple et contrairement aux idées reçues ou véhiculées par certaines autorités, les risques ne sont pas concentrés sur les gros sites industriels ou particuliers types tunnels ou autres.
Un feu, certes apparemment d'origine criminelle, démarre dans une parfumerie et se propage entrainant l'effondrement partielle du bâtiment tout en piégeant des pompiers.
Le risque est partout, quel que soit le type et la taille du sinistre.

Bien sûr l'heure n'est pas à la polémique, mais au vu de ce nouveau drame frappant l'un des nôtres, que penser des propos du président de la FNSPF qui déclarait samedi dernier dans son discours de cloture du congrès national vouloir "lutter" pour interdire le projet de mise en place d'une filière de formateurs incendie ?

1 commentaire:

Anonyme a dit…

que dire, si ce n'est que, encore une fois, un collègue subit dans sa chair une épreuve douloureuse....quel décalage avec nos politique de la profession, DDSC et Fédé, qui sont en complet décalage avec nos préoccupations à nous hommes de terrain....mais passons outre, diffusons, formons, si nous le pouvons!et surtout restons liés malgré nos difficultés statutaires et professionnel (et aussi d'agendas!!!).
Bon rétablissemnts aux collègues de Perpignan !!!
"be safe" come le dit un gars de l'ouest de Paris que j'apprécie particulièrement ;-)
laurent