29 oct. 2008

Feu d'appartement à New York

video

Feu d’appartement à New York

Le feu se développe au premier étage d’un immeuble à usage d’habitation R+4, les fumées et gaz chauds sont visibles sur la face D.

Il n’y a pas de foyer visible et les fumées qui se dégagent s’intensifient progressivement. On peut constater d’après l’aspect des fumées (noires et épaisses) que la combustion est très incomplète, qu’elles sont très riches en gaz imbrûlés (CO, suies, gaz de pyrolyse, etc…).

Le panache sort par toute la surface de l’ouvrant indiquant donc que le feu respire par un autre ouvrant, probablement la porte du logement laissée ouverte…

Une fumée plus claire s’échappe de l’interstice supérieur de la fenêtre de droite. Les deux vitres situées sur la gauche sont fermées et noircies par les fumées indiquant que les pièces ne sont pas confinées.

Le dégagement de fumées est de plus en plus intense, elles sont de plus en plus chaudes et véloces, annonçant l’imminence de l'EGE. Elles atteignent leur TAI (Température d’Auto-Inflammation) vers 1.10min, mais elles ne s’enflamment au contact de l’air que quelques mètres au dessus de l’ouvrant, car au débouché elles sont trop riches en combustibles et donc ne brûlent pas.

Plein développement du sinistre atteint vers 1.50 min, alors que les secours se présentent.
(ndla : délai moyen d’intervention des pompiers à New York inférieur à 4 min 30 sec !)

Deux lances sont établies l’une après l’autre par les communications existantes sur la face A depuis l’engin pompe au moyen de tuyaux pliés en écheveaux.
La première aura pour mission l’attaque du foyer, la seconde servira d’appui aux équipages chargés des reconnaissances au niveau N+1.

Vers 3 minutes, on remarque qu’un pompier (vraisemblablement l’OVM = Outside Vent Man = Pompier chargé de « ventiler » depuis l’extérieur) brise la fenêtre depuis l’escalier extérieur de secours situé en face D.

Question : Dans quel but ? Afin de faciliter l’évacuation de la vapeur lors de l’attaque ?
On peut remarquer que suite à son action, les fumées s’embrasent…
(L’apport d’air ainsi généré dilue les fumées chaudes et combustibles qui repassent dans la plage d’inflammabilité et s’embrasent puisqu’ayant atteint leur TAI).

En l’absence de sauvetage ou de lance à établir pour stopper une propagation verticale, une échelle aérienne est positionnée à 4 min pour atteindre la toiture afin :

  • de générer un exutoire (en l’occurrence le skydome depuis l'extérieur), afin de préserver la cage d’escalier, potentiellement enfumée du fait de la porte de l’appartement laissée ouverte, ou suite à l’attaque de l’intérieur. En effet, les fumées s'embrasant au contact de l'air sur la face D, le risque est identique en toiture, générant un risque de propagation vers l'intérieur de cette cheminée, piégeant les pompiers qui « ventileraient de l'intérieur »,
  • d’effectuer une reconnaissance en toiture pour rechercher d’éventuelles victimes qui se manifesteraient sur les autres faces (C) cachées du bâtiment, ainsi qu’une propagation du feu horizontale ou verticale,

L’attaque est efficace dès 4 min 50 sec. avec l’apparition de vapeur d’eau depuis l’ouvrant. Des reconnaissances par l’extérieur au moyen de l’échelle aérienne et d’une échelle à coulisse sont réalisées au premier et deuxième étages, enfumés en face A.

Une mise en sécurité est réalisée à 9 min et 45 sec.Bel exemple d’efficacité, les tactiques sont pro actives et adaptées à ces habitations typiques du paysage urbain new yorkais.

Le feu encore ici limité par la ventilation dans sa phase de croissance aurait adoré que les deux vitres Face D soient brisées…
Heureusement, ce ne fût pas le cas, le feu est resté relativement riche, dégageant moins d’énergie et « limitant » ainsi son développement.


En résumé :

  • Délais d’intervention très courts par l’implantation géographique de nombreux petits centres de secours sur le territoire de la ville,
  • Train de départ initial pour feu de bâtiment (sans autres indications) important et adapté au risque (deux pompes, deux échelles + 1 chef de bataillon (ndt = chef de groupe),
  • Mode opératoire pré-déterminé dans les « grandes lignes » selon les principaux types de bâtiments, ce qui permet un gain de temps du à une connaissance adaptée de l’agencement général de la structure, se traduisant notamment par un pré-positionnement des engins par rapport au bâtiment,
  • Utilisation précoce de l’échelle aérienne rapidement positionnée afin d’atteindre le toit en vue d’y créer un exutoire ainsi que d’effectuer une reconnaissance « aérienne » tout en permettant aux pompiers engagés dans le bâtiment de disposer d’un itinéraire de secours,
  • Débit d’attaque important (utilisation de tuyaux d’1 pouce ¾ ),
  • Feu rapidement maitrisé avec calme et efficacité,
  • Utilisation de lances dites « smooth bore » (fût tronconique) datant d’un autre âge, paradoxe des corps de pompiers de la côte est en général et de New York en particulier…
  • Pas d'utilisation de la VPP, contrairement aux corps de pompiers de la côte ouest, le FDNY n'a pas recours à cette technique opérationnelle.

8 commentaires:

FAB a dit…

Bonjour,

belle vidéo riche en enseignements.

Deux petits commentaires:

- quel dommage que les New Yorkais n'utilient pas la VPP.
Stratégiquement utilisée, celle-ci aurait peut être pu apporter un plus dans la lutte contre ce sinistre.

- positionnement du 1er pump engine.
Ne gêne-t-il pas l'accès d'un second moyen aérien.
Les deux sont sur la façade A.
Le positionnement du 2nd sur la face D aurait peut être pu avoir un intérêt. Positionnement préventif en cas de propagation par la façade, éventuelles évacuations des pompiers en difficulté ou encore mise en sécurité du gars sur son balcon en haut à droite (il me semble par moment bien dans la fumée).
Qu'en pensez vous?

FAB

Anonyme a dit…

Hye,
je rejoint FAB (du 9.6 je pense?;-) sur l'emploi de la VPP et sur le mauvais positionnement du 1er egin pompe.
Ils auraient dû dépasser largement l'adresse afin de pouvoir positionner une échelle derrière. Mais apparement il y a des travaux dans cette rue (présence de tractopelle et barrière). Effectivement la mise en sécurité de l'occupant au dernier étage n'est pas prise en compte.
Stéph, comment est organisé le commandement de ce type de feu à New york et quels sont les renforts demandés sur ce genre d'interv? Car on entends encore dans la vidéo, des sirènes, des moyens arrivent donc après la fin des images.
Pourquoi donc, aux States et a NY en particulier, la VPP n'est pas utilisée et pourquoi encore des lances a fut? D'où vient cette différence entre Côtes Est et Ouest?
Merci
GIB

Anonyme a dit…

Pour ma part,certes FF calmes et rapide extinction, mais la pompe aurait du laisser sa place aux 1er moyen aérien pour travailler sur les 2 faces. Intéressant le rideau du magasin au RDC qui s'enflamme pourtant très éloigné de la fenêtre en feu ?? propag qui aurait du être stoppée beaucoup plutôt avec le risque de faire péter par la chaleur l'ouvrant remplit de fumées et de déclencher un phénomène thermique !!si une lance avait été présente elle aurait certainement calmer la propage en façade et c'est pourtant pas le monde qui manque au vu du personnel engagés sur feu chez nos amis du FDNY. Avec respect.
R2

captain a dit…

Concernant la VPP, je ne pense pas qu'elle soit une tactique opérationnelle miracle qui facilite en tout temps la travail des pompiers. Même utilisée dans les regles de l'art, elle peut être source de propagation de l'incendie. Notamment dans les batiments en structure bois avec double enveloppe.

Autre exemple, les pompiers de Montréal ont des ventilateurs mécaniques dans leurs engins, ils maitrisent les techniques d'attaque associées à la VPP, mais ils proscrivent cette tactique lorsqu'ils sont confrontés à des feux de structures (feux qui se propagent dans les vides situés entre les 2 parements de murs)

Stéph a dit…

Bonsoir à tous,

Merci tout d'abord de vos remarques toutes très interressantes.

En ce qui concerne le placement des engins sur intervention,il existe au FDNY une notion de pré-positionnement décidé selon le type de construction. Pour ce type de bâtiment, le train de départ pour feu comporte 2 pompes + 2 échelles (échelles ou bras élévateur télescopique)et un chef de bataillon. La règle est que la première échelle se présente face A, la première pompe face D si possible. La seconde échelle reste à l'angle de la rue en attente d'une mission par le COS et la 2° pompe se positionne vers l'hydrant le plus proche afin d'alimenter la 1° pompe. Dans le cas de ce feu, c'est ce qui se produit, ceci étant il faut tenir compte du fait que la rue est en travaux et que des engins de chantier gênent au départ. Dans ce cas précis, le code 10-75 (feu avéré) a été transmis, donc le train de départ est complété par une pompe supplémentaire, 1 Squad et/ou 1 Rescue + 1 échelle d sécurité -pompiers (FAST Truck = Firefighter Assist and Search Team).
On peut en effet s'interroger sur le positionnement de la pompe, sur le fait qu'il n'y ait pas d'attaque extérieure visant à empêcher la propagation verticale. Il faut aussi savoir qu'au FDNY est toujours privilégiée l'option d'attaque intérieure (Aggressive interior Attack) accompagnée de reconnaissances primaires sur tout le niveau concerné par le sinistre et sur les niveaux supérieurs.
La seconde échelle aurait en effet judicieusement pu être positonnée face D pour assurer la sécurité des pompiers que l'oj aperçoit et puis tout simplement créer un itinéraire de secours pour les pompiers engagés dans le batiment.
On peut cependant remarquer que l'échelle est dressée face A et qu'un pompier grimpe sur le toit avec du matériel pour désenfumer si nécessaire.
Il faut aussi noter le calme des intervenants même si on voit un pompier courir, ce qui n'est pas courant à NY.
On eut en effet penser que la VPP aurait pu être utile, il faut cependant être prudent car l'on ne peut préjuger du cheminenment interne à l'immeuble et donc les possibilités de la mettre en oeuvre sans danger. Comme le dit captain, la VPP n'est pas forcément la solution à tout, notamment avec des bâtiment à structure bois.

En ce qui concerne la non utilisation de la VPP à NY et l'utilisation (encore de nos jours) de lances à fût tronconnique, je n'ai pas d'autres explications que le poids de la tradition ! Eh oui, les USA et NY en particulier sont atypiques par rapport aux techniques "modernes" de lutte contre l'incendie. Les corps de la côte Est sont, ou étaient, pour l'eesentiel composés de descendants originaires d'Europe. La côte Ouest à contrario est plus moderne, plus ouverte, donc c'est là que l'on va trouver des personnels demandeurs de nouveauté, d'innovation.

C'est ainsi, ce sont les USA et leur paradoxes.

L'opération a été malgré tout rondement menée puisque l'extinction a été obtenue en une dizaine de minutes avec un feu qui est resté cantonné sans propagation. Des progrès restent cependant à faire en termes de technique d'abord et aussi de tactique sous certains aspects.
A noter au passage les effectifs importants alignés par le FDNY sur tout feu de structure, nous ferions bien de nous en insirer parfois...

Anonyme a dit…

Merci Stéphane pour cette réponse précise. Comme quoi le poids des traditions est présent de chaque coté de l'atlantique! a bientôt
firetexement
laurent

Nass95 a dit…

Un retex qui devrait apparaître sur ce blog dans le même pays et excellent sur le plan pédagogique:

http://www.loudoun.gov/Default.aspx?tabid=2384


Avec un rapport d'intervention:

http://www.loudoun.gov/controls/speerio/resources/RenderContent.aspx?data=3f4e6c16ec8d4b4ba723e807c7e92d41&tabid=286&fmpath=%2fMeadowood+Court+Report

En résumé, les problèmes sur cette intervention:

-Les équipes qui vont au 1ère étage, alors que le feu n'est même pas maitrisé au rdc.
-établissement de l'echelle à coulisse, trés périlleuse...
-la ventilation
etc...


"L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réflechit..."
Nass95

Robert a dit…

Superbe vidéo coçernant la lecture du feu,plein de choses à analyser.
A exploiter en formation!
merci stéphane
Robert Radke