10 oct. 2008

Le feu tue, vous pouvez l'en empêcher !

Traduction du slogan : "Fire kills, you can prevent it" sur le site dédié à la prévention des incendies domestiques outre manche. http://www.firekills.gov.uk/

Les vidéos ci-dessous, diffusées aux heures de grande écoute, illustrent comment on peut informer à grande échelle le public, c’est réaliste et sans tabou !

Notre philosophie du "retex" renvoie aussi à la notion de prévention, rappelons l'article L 1424-2 du code général des collectivités territoriales :

« Les services d’incendie et de secours sont chargés de la prévention, de la protection et de la lutte contre les incendies. »

Certes, dans les ERP français on meurt très rarement lors d’un incendie...(il a quand même fallu quelques drames bien médiatiques avant qu'on évolue : feux de grands magasins à Paris et Marseille début 20ème, désastre du cinq-sept en 1970 etc)

A contrario, les statistiques de l’INVS (institut national de veille sanitaire), datant de 1999, annoncent immuablement 460 décès sur feux d'habitations bien que le nombre de sinistres domestiques augmente chaque année (51000 en 1981 contre environ 90000 en 2006), et sachant les assureurs reçoivent près de 250 000 déclarations par an !

Plus pragmatique, le CEPR (centre européen de prévention des risques), estime que depuis 2003 environ 800 personnes par an périssent dans des feux d'habitations … quelques 10000 autres sont brûlées, intoxiquées … notamment la nuit (70% des feux mortels).

Le projet de loi sur l'obligation d'équiper de DAAF (détecteur autonome avertisseur de fumées), respectant la Norme Européenne 14604, les habitations privées est toujours en attente d’une énième lecture par nos parlementaires avant validation finale.

Quelle sidérante lenteur à légiférer, faute de consensus et de courage politique !

Alors que le retour d'expérience des (autres !) pays développés depuis 25 ans démontre leur efficacité, avec une réduction de moitié des décès suite aux feux, nocturnes notamment.

La culture du risque incendie reste hélas absente chez nous.

Néanmoins, s'équiper de Daaf(s) doit rimer avec s'informer.

Or, qui mieux que nous peut (donc devrait …) informer le grand public sur les gestes simples pour prévenir et réagir face à un sinistre domestique ?

Visites d'écoles, portes ouvertes, forums, formations secourisme, calendriers etc ; trop d’occasions à ce jour manquées pour rattraper notre retard.

Honnêtement, combien parmi nous, (que la population considère pourtant comme des « Spécialistes » du feu), s’endorment chaque soir sans être équipé de Daaf(s), ni d’extincteur pour protéger leur famille, persuadés que « cela n’arrive qu’aux autres… » ?

Au même titre que la sécurité routière. « Incendies domestiques : Changeons!»

Deux sites à visiter :
http://www.attentionaufeu.fr/
www.firstalert.fr

Dossier complet dans le dernier numéro de septembre du magazine
« soldat du feu ».


2 commentaires:

Franck a dit…

Bonjour tout le monde,

Petit réflexion complémentaire par rapport à la mise en place des DAAF(s)...

En Suède, les habitations sont équipés de système analogues depuis plus de 20 ans et ce dés la construction de l'habitation. Lors de mon déplacement à SKÖVDE, j'avais demandé à notre hôte pourquoi les portes des habitations individuelles s'ouvraient en tirant (comme s’il s’agissait d’ERP) et non en poussant (comme en France). Il nous avait justifié cela du fait de la présence des DAAF(s), car il arrive que les victimes inconscient derrière la porte (fermé à clé), qui de par le fait de la panique n'a pu être ouverte par les habitants qui ont perdus connaissance juste derrière celle-ci. A l'arrivée des secours, le SP fait le forcement de porte (porte en tirant), ouvre et de suite dégage vite et facilement la ou les victimes... Mission des « plus simple ».

Imaginer le même cas avec une porte s’ouvrant en poussant ! Risque fort d'avoir un intoxiqué polytraumatisé !?!, car devoir ouvrir une porte avec une personne inconsciente derrière et dans un local sinistré par un incendie, c'est pas une mission des plus facile. De plus, plus une porte reste ouverte, plus la fumée à de chance de se mettre à feu de part l'alimentation en comburant qui devient très difficile à contrôlé dans de telle situation.

Réflexion : ne faudrait-il pas promouvoir aussi l’inversion du sens d’ouverture d’entrée des construction à venir pour anticiper ce genre de problématique ?

Plus tôt on prend conscience de cette difficulté potentielle, plus tôt nous pourrons mettre en place des parades et dans le cadre de nos missions de prévention, on prendrait un peu d’avance…

Question à tous ceux qui ont des contacts dans les pays ou les DAAFs sont couramment installé et qui disposent de porte d'entrée se manœuvrant en poussant pour entrée dans le logement : pouvez-vous leur demander si lors d’inter ils ont déjà rencontré le problème de devoir ouvrir une porte à pousser avec derrière une ou des victimes ?

Qu’en pensez-vous ?

Fr@+nck

etienne a dit…

bonsoir à tous

merci Franck pour ces riches remarques illustrant à nouveau l'avance de nos collègues Scandinaves. J'avais en fait hésité à citer cet exemple de la porte "tirante", pourtant si symbolique de leur pragmatisme !

Le sauvetage de vie humaine est leur priorité absolue, depuis la prévention jusqu'à l'opérationnel, tout est axé autour de cet objectif.

Tout à fait d'accord pour faire évoluer nos "portes" en ce sens !

En attendant, s'équiper de DAAF(s)permet une détection précoce donc d'évacuer à temps si le feu n'est pas maitrisable.

Nombre de victimes sur feux d'habitations nocturnes sont en effet retrouvées intoxiquées (et pour plus de la moitié d'entre elles non brulées cqfd) mortellement sur l'itinéraire de sortie logique (soit entre leur chambre et la porte d'entrée, qui ne sera qu'un obstacle de plus pour accéder à la victime tombée juste derrière !).

Ce qui nous renvoie à la notion de sauvetage de victimes non visibles à notre arrivée, car piégées chez elles par les fumées...qui plus est en France faute de culture de prévention !

Or, recherchées puis dégagées, elles sont encore potentiellement sauvables...et là
vaste débat car trop souvent elles furent considérées comme "perdues", n'étant pas "à la fenêtre"...

Certains pays comme la Suède forment et équipent leurs pompiers à rechercher des victimes inconscientes dans des volumes enfumées afin de les dégager au plus vite de cet atmosphère toxique.

Le corps précurseur (FDNY en l'occurrence), de ces techniques qui ont permis de sauver d'innombrables vies depuis des décennies, en a fait une spécialité à part entière, celle des fameuses compagnies d'échelles ou "Ladder".

A suivre...

bonne soirée